L'INSEE publie ce mardi son "portrait social de la France" qui propose un focus sur les 65 ans et plus. À quel rythme la société française va-t-elle vieillir au cours des cinquante prochaines années ? Comment évolue le niveau de vie des seniors ? Qui travaille encore après 65 ans ?

Les plus de 65 ans sont aujourd'hui une part croissante de la population.
Les plus de 65 ans sont aujourd'hui une part croissante de la population. © Getty / Robert Niedring

Le vieillissement de la population se poursuit

Grâce aux progrès de la médecine et à la hausse continue de l'espérance de vie, les plus de 65 ans sont aujourd'hui une part croissante de la population. Ils représentaient 7 % de la population française en 1870, ils sont 20 % aujourd'hui, soit 13,1 millions de personnes de 65 ans ou plus.

Si la tendance se poursuit, la quasi-totalité de l'augmentation de la population se produira dans cette tranche d'âge. Les seniors pourraient représenter 29 % de la population en 2070.

Les femmes sont encore surreprésentées chez les seniors : 47 % des plus de 65 ans sont des hommes, mais l’écart d’espérance de vie entre femmes et hommes continue de se réduire.

Des seniors qui continuent de travailler

Comme l'explique Laurence Riou, responsable de la division études sociales à l'INSEE, "aujourd'hui 3 % des personnes de 65 ans et plus travaillent. Ils n'étaient que 1 % il y a dix ans." Ils sont même 7 % si on ne prend en compte que les "plus jeunes des seniors", c’est-à-dire les 65 à 69 ans. 

"Quand on essaie de dresser une typologie de ces seniors qui continuent à travailler après 65 ans, confirme Laurence Riou, on voit que deux grands types de population se dégagent : _d'un côté on trouve surtout des femmes qui travaillent, à temps partiel, dans les secteurs de l'aide sociale ou du travail domestique_, et ont besoin de plus de trimestres de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein. Il s'agit le plus souvent  d'immigrées, des femmes qui vivent le plus souvent seules." Elles représentent 41 % des seniors qui travaillent.

À l'opposé, 34 % des seniors travaillant encore sont des personnes très qualifiées. "Il s'agit de personnes avec un haut niveau de diplômes, occupant des emplois très qualifiés, des médecins, des avocats, des professions libérales, des enseignants du supérieur. Ils travaillent soit pour continuer à percevoir des revenus élevés, soit par intérêt pour leur activité. Trois sur quatre sont des hommes." précise Laurence Riou.

À noter, la décision du départ à la retraite est souvent prise simultanément quand les seniors sont en couple.

Niveau de vie : stagnation après la progression

Alors que de 1996 à 2010, le niveau de vie moyen des personnes de 65 ans ou plus a progressé au même rythme que celui des actifs, cette évolution parallèle s’est interrompue en 2011.

Le niveau de vie moyen des seniors est resté stable entre 2010 et 2015, tandis que celui des 25-64 ans baissait de 3 %. Les premiers conservent donc en moyenne un meilleur niveau de vie que le reste de la population.

Aujourd'hui les personnes de 65 ans ou plus ont un niveau de vie supérieur de 3 % aux actifs.

"Depuis le milieu des années 90, le niveau de vie des actifs et le niveau de vie des seniors ont progressé au même rythme explique Laurence Riou, responsable de la division études sociales à l'INSEE, par contre, avec la crise, on constate _une stagnation du niveau de vie des seniors et une légère baisse du niveau de vie des actifs_. Ceci s'explique par la moindre sensibilité des ressources des seniors à la conjoncture économique puisque leur principale ressource c'est la pension de retraite qui n'est pas sensible à la conjoncture économique."

Les seniors ont moins subi les effets de la crise que les actifs.

La stagnation du niveau de vie des seniors depuis 2010 s'explique, dit Laurence Riou, "par la conjonction de deux phénomènes : d'un côté les pensions de retraite moyennes des personnes qui arrivent à 65 ans ont continué à progresser, parce que les personnes arrivent avec des carrières plus complètes et des salaires plus élevés. Mais d'un autre côté, les prélèvements ont augmenté depuis la crise, et les revenus du patrimoine ont chuté, ce qui a compensé les hausses de pension pour seniors."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.