Le bio-bus de Bristol roule aux excréments
Le bio-bus de Bristol roule aux excréments © Radio France / Franck Mathevon

A l’approche de la COP 21, quelles solutions concrètes pour sauver la planète ? Au dépôt des bus de Bristol, à l’ouest du Royaume-Uni, impossible de rater ce véhicule hors normes. Sur toute la longueur d'un côté, sont dessinés des gens… assis sur la selle ! Car ce bus roule aux excréments humains et émet 30% de CO2 en moins qu'un bus classique.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Engagez-vous pour le climat avec France Inter

Les bio-bus roulent aux… excréments

Chris Hanson, qui travaille pour la compagnie First en charge du réseau de bus de Bristol, est l'un des rares habilités à conduire ce véhicule entré en service en mars. "Il est très beau, dit-il, mais pas très différent de nos autres bus. Tout le monde pense que ça sent mauvais mais pas du tout. Au contraire, le moteur rejette de la vapeur d'eau donc c'est sans odeur.»

Chris Hanson conduit le bio-bus de Bristol
Chris Hanson conduit le bio-bus de Bristol © Radio France / Franck Mathevon

C'est aussi beaucoup moins bruyant qu'un bus classique. "Le seul problème , admet Chris, c'est qu'il faut aller faire le plein au centre des eaux usées. Et là, l'odeur est beaucoup moins agréable . »

Chris Hanson conduit le bio-bus de Bristol
Chris Hanson conduit le bio-bus de Bristol © Radio France / Franck Mathevon

30% d’émission de CO2 en moins

Pour le moment, ce bus est le seul de la ville qui fonctionne à un biocarburant à base de déchets humains, ce qui entraîne jusqu'à 30% d'émission de CO2 en moins. Bristol compte commander à la société GENeco 110 double-deckers (bus à étage) roulant ainsi au biométhane. Cela implique un investissement dans de nouvelles installations permettant de faire le plein au dépôt. Et d'éviter toute odeur déplaisante.

Bristol, ville en pointe sur l’écologie

George Ferguson est le maire de Bristol
George Ferguson est le maire de Bristol © Radio France / Franck Mathevon
George Ferguson est le maire de Bristol
George Ferguson est le maire de Bristol © Radio France / Franck Mathevon

Bristol est une ville pionnière en matière de transition énergétique. Son maire, l'anticonformiste George Ferguson, ancien architecte célèbre pour ses pantalons rouges, est obsédé par l'écologie. "Nous avons fait la promesse, dit-il, de réduire énormément notre consommation d'énergie.Nous aurons réduit nos émissions de CO2 de 40% entre 2005 et 2020. Un objectif que nous avons déjà atteint pour tous les bâtiments municipaux. Et on ne va pas s'arrêter là".

Bristol peut en effet se targuer d'innombrables initiatives en faveur de l'environnement. C'est ce qui lui a valu le titre de « Capitale verte de l'Europe 2015 ». Les opposants du maire jugent les investissements trop coûteux pour un bilan mitigé dont témoignent les célèbres embouteillages de la ville. Mais à Bristol, le taux d'émission de carbone par habitant est le plus faible des villes britanniques.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.