Dans un mois, les détecteurs de fumée seront obligatoires dans tous les logements.
Dans un mois, les détecteurs de fumée seront obligatoires dans tous les logements. © PhotoPQR/L'Alsace

La loi exige que chaque logement soit équipé d'ici dimanche, mais le texte ne prévoit aucune sanction en cas de non-installation. Au moins un tiers des habitations ne seraient pas encore équipés.

C'est la loi de prévention contre les risques d'incendie qui a institué cette obligation : à compter du 8 mars, tous les logements doivent être équipés d'au moins un détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF).

Objectif : limiter le nombre de victimes d'incendies. Ce système d'alertepourrait sauver des centaines de vies chaque année notamment lors des incendies nocturnes, qui causent 70% des morts.

Les détecteurs servent à nous réveiller la nuit. Les flammes ne réveillent pas et le monoxyde de carbone endort, explique le capitaine des pompiers Céline Guibert.

La loi requiert l'installation d'au moins un appareil par habitation, mais les pompiers conseillent d'en installer au minimum un par étage, idéalement dans chacune des chambres et des "salles de vie". Plus le détecteur est haut et central dans la pièce, plus il est efficace. Son prix moyen : de 15 à 40 euros , les professionnels conseillent de choisir un appareil portant la marque NF. C'est au propriétaire du logement d'acheter et installer l'équipement, le locataire doit l'entretenir, notamment en changeant les piles.

Rupture de stocks et délai pour les gros bailleurs

Selon une enquête menée par l'association 60 millions de consommateurs, 29% des ménages n'ont pas encore acheté de détecteurs et 16% ont acquis l'appareil mais ne l'ont pas installé. Nombreux sont ceux qui ont attendus le dernier moment pour acheter un détecteur. Résultat : rupture de stocks dans la plupart des magasins. L'Etat a donc accordé un délai aux propriétaires et aux bailleurs ayant de nombreux logements à équiper, ils ont jusqu'au 1er janvier 2016.

Une fois l'appareil fixé, l'habitant doit adresser uneattestation d'installation sur l'honneur à sa compagnie d'assurance . Pourtant l'assureur "ne peut se prévaloir du défaut d'installation du détecteur pour s'exonérer de son obligation d'indemniser les dommages" en cas d'incendie, selon les textes officiels. De plus aucune sanction n'est prévue en cas de non installation.

Détecteur de fumée : mode d'emploi
Détecteur de fumée : mode d'emploi © Radio France / ide
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.