Hommage aux victimes du vol AH5017 le 1er août à Aurillac
Hommage aux victimes du vol AH5017 le 1er août à Aurillac © PHOTOPQR/LA MONTAGNE / Géralidne Caulus

Ce dimanche, en deux points de France, des centaines de personnes seront réunies pour rendre hommage à deux familles décimées par le crash du Ouagadougou-Alger d’Air Algérie. Encore sous le choc, les proches des victimes organisent des marches blanches à Guéret dans la Creuse et à Rouans près de Nantes.

A Guéret, c’est la famille Gineste qui n’est pas revenue du Burkina Faso. Tous les cinq, le père, la mère et les trois enfants, ont péri dans le crash. Lui, Bertrand, était très connu et apprécié dans son département, pour ses activités asociatives, notamment pour le jumellage qu’il avait mise en place avec une commune burkinabé. La pharmacie familiale était réputée à des kilomètres, c’est d’ailleurs devant le commerce que partira la marche blanche à 15h.

François-Louis Coulon, l'un des plus proches amis de la famille, a participé à l'organisation de cette marche :

A Rouans, dans le Pays-de-Retz, la marche silencieuse s’élance à 10h30, mais cette fois en souvenir de la famille Ouédraogo. Ils étaient sept à bord du AH5017. les parents, les quatre enfants, et un neveu.

Le reportage de Mathilde Imberty dans le village de Rouans :

L’enquête de terrain terminée, les premiers corps rapatriés

Onze jours après la catastrophe aérienne, il est toujours difficile pour les proches de victimes de se sortir de la tête les images d'un crash particulièrement violent. Sur le site, au Mali les enquêteurs de la section « identification des victimes » de la gendarmerie ont annoncé avoir terminé leur travail, et restitué les lieux aux autorités maliennes. Ils ont passé le site au peigne fin, pour en retirer plus de 1200 restes humains. Les premiers ont été acheminés de Bamako verd Paris pour y être analysés. Leur identification pourrait prendre des semaines.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.