[scald=62257:sdl_editor_representation]AJACCIO (Reuters) - Deux hommes ont été abattus en l'espace de deux heures mardi en Corse, ce qui porte à 22 le nombre d'homicides perpétrés sur l'île depuis le début de l'année.

Peu après, deux personnes ont été blessées sérieusement par balles à Ajaccio dans la tentative d'assassinat visant apparemment un militant nationaliste qui lui, en est sorti indemne.

Le grand banditisme, en recomposition après la mort de certains chefs, serait impliqué dans un peu moins de la moitié des 22 homicides de l'année, selon la police. Celle-ci ignore pour l'instant si les deux nouveaux meurtres et la tentative sont à relier à ce phénomène.

Dans le premier meurtre, un livreur de 45 ans, Ange Petrucci, supposé proche du gang appelé "La brise de mer", a été abattu en début d'après-midi avec une arme de chasse à Casalta, un village situé à 40 km de Bastia (Haute-Corse).

Deux tirs l'ont atteint, notamment en plein visage, mais il aurait eu quand même pu remonter dans sa voiture, avant de décéder à l'arrivée des gendarmes, dit une source policière.

Ange Petrucci était un proche de Francis Guazzelli, une figure de la bande de "La brise de mer", lui-même assassiné en novembre 2009. Ce gang tient son nom d'un bar de Bastia où ses membres se réunissaient dans les années 1980.

L'enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Bastia. "Toutes les hypothèses sont retenues, la piste du grand banditisme n'est pas écartée", a dit un policier.

A l'autre bout de l'île, dans la station balnéaire de Propriano, à 60 km d'Ajaccio (Corse-du-Sud), un homme de 35 ans, Faycal Abakoui, a été par ailleurs mortellement touché par plusieurs balles en milieu d'après-midi.

Cet entrepreneur se trouvait à bord d'un engin de chantier quand il a été atteint, a dit le procureur d'Ajaccio, Thomas Pison, qui s'est rendu sur place. La victime était inconnue de la justice.

Dans la soirée à Ajaccio, Yves Manunta, un nationaliste d'une cinquantaine d'années, a échappé à deux tueurs qui ont ouvert le feu sur lui alors qu'il rentrait à son domicile en voiture. Sa femme et sa fille ont été touchées, mais leurs vies ne sont pas en danger, dit-on de source policière.

Roger Nicoli, édité par Thierry Lévêque

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.