najat vallaud-belkacem réplique aux attaques sur ses origines
najat vallaud-belkacem réplique aux attaques sur ses origines © reuters

Najat Vallaud-Belkacem, Benoît Hamon et Vincent Peillon ouvrent ce lundi les journées sur l'école, point étape de la loi sur la refondation de l'école lancée en 2013 par l'ancien ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon. 70 intervenants et 2 000 participants sont attendus pour participer à des débats et ateliers qui ont pour but de faire le point "sur ce qui a été fait depuis 2012 et réfléchir aux améliorations" selon le ministère de l'Éducation nationale.

Quatre axes de discussion

Réforme des rythmes scolaires, réforme du collège et des programmes, l'éducation prioritaire, les Espé (écoles supérieures du professorat et de l'éducation), autant de nouveautés dans la loi sur la refondation de l'école qui doivent être discutées ces lundi et mardi. Autre point important de ces assises : la rémunération des enseignants . La ministre Najat Vallaud-Belkacem a annoncé une hausse des salaires de 400 à 1 200 euros pour les professeurs de maternelle et d'élémentaire ce week-end, le Premier ministre doit en préciser le calendrier mardi.

Ce lundi matin, la première table ronde est consacrée à "la réussite scolaire pour tous ". Trois autres grands axes seront abordés durant ces deux jours : "un système éducatif juste et efficace", "les élèves au cœur de la refondation", ainsi que "la nouvelle condition enseignante".

C'est Vincent Peillon, l'ancien ministre de l'Éducation nationale, qui a ouvert les débats ce lundi. Dans un discours fleuve très politique il a déclaré :

La refondation se poursuivra après 2017 . Je ne crois pas qu'il y aura un homme raisonnable en France qui reviendra sur la réforme des rythmes scolaires, je ne crois pas qu'il y aura un homme raisonnable qui reviendra sur la réforme de l'éducation priopritaire (...) Je crois que tout homme raisonnable continuera parce que je crois qu'il faut le faire dans la durée, la priorité au primaire, a déclaré Vincent Peillon

Des réformes toujours contestées

Les différentes réformes mises en œuvre par le gouvernement ont été contestées par une partie du corps enseignant. Le syndicat SNES-FSU, premier syndicat du secondaire, annonce un rassemblement ce lundi à 14 heures devant le Palais Brongniart pour manifester son opposition à la réforme du collège. Cité par l'AFP, le SNES déclare "ne pas se leurrer sur l'issue de ces journée" qui ont pour objectif "d'alimenter le discours ministériel d'autosatisfaction" et non de tirer un bilan.

►►► Pour suivre en direct ces journées de la Refondation de l'école

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.