[scald=82617:sdl_editor_representation]BORDEAUX (Reuters) - Le président socialiste du Conseil régional de Languedoc-Roussillon, a été condamné jeudi à Bordeaux à deux mois de prison avec sursis pour un délit de favoritisme commis en 1999, a-t-on appris de source judiciaire.

Christian Bourquin aurait usé de son influence lorsqu'il était président du Conseil général des Pyrénées-Orientales pour que soit confié un marché sur la communication de l'institution à la société Synthèse, dont le dirigeant était considéré comme un de ses proches.

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a suivi les réquisitions du parquet concernant le successeur en 2010 à la tête de la Région Languedoc-Roussillon de Georges Frêche à la suite de son décès.

Pascal Provencel, le bénéficiaire, a été condamné à deux mois de prison avec sursis, Jean-Pierre Lanotte, l'ancien directeur des affaires financières du Conseil général, s'est vu condamné à une amende de 2.000 euros avec sursis et le responsable des achats du département a pour sa part été relaxé.

Yann Méric, avocat de Christian Bourquin qui avait plaidé à l'audience du 8 décembre pour la relaxe de son client, a indiqué qu'il ferait appel.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.