Laloi famille à l'assemblée
Laloi famille à l'assemblée © maxstockworld066223 / maxstockworld066223

Après une suspension de son examen (à cause des 600 amendements déposés par l'UMP), la proposition de loi sur l'autorité parentale et l'intérêt de l'enfant revient à l'Assemblée cet après-midi. Mais le texte (controversé) risque d'être à nouveau retardé. Le gouvernement s'y était engagé : la proposition de loi sur l'autorité parentale et l'intérêt de l'enfant revient sur le tapis. Le texte propose notamment un mandat d'éducation pour les beaux-parents (pour qu'ils puissent aller chercher l'enfant à l'école, par exemple), crée la double domiciliation pour les enfants de parents séparés, et favorise la médiation familiale.

Mais il ne plaît pas à tout le monde. Le 22 mai, l'UMP avait déposé 600 amendements pour bloquer son examen. Il en reste 300 à examiner. Et vu le peu de temps imparti, le texte risque à nouveau d'être suspendu.

Passera, passera pas ?

Certains parlent aujourd'hui d'un manque de volonté politique de la part du gouvernement. Qui n'aura que neuf heures pour faire examiner 300 amendements et 10 articles. Avec en face, une UMP déterminée à se battre pied à pied sur cette question.

Loin de la guérilla parlementaire, Guillemette Leneveu (directrice générale de l'UNAF, l'Union nationale des associations familiales) espère que le texte sera adopté en première lecture cette fois. Elle le dit à Laetitia Saavedra

Un haut responsable socialiste a de son côté alerté le gouvernement sur le risque que le texte soit à nouveau suspendu. C'est donc une course contre la montre qui va se jouer ce lundi entre la majorité et l'opposition.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.