Créé en mars, c'est le principal groupe de soutien au professeur marseillais sur Facebook, avec près de 500 000 membres. Désactivé samedi, puis réactivé lundi, ses membres sont dans l'incompréhension et dénoncent une censure. Une "erreur" selon Facebook.

 Le plus grand groupe de soutien à Didier Raoult a été désactivé par Facebook, puis réactivé.
Le plus grand groupe de soutien à Didier Raoult a été désactivé par Facebook, puis réactivé. © Capture d'écran / Facebook

Avec 482 000 membres, le groupe Facebook "Didier Raoult vs Coronavirus" est ultra-populaire. Public et ouvert à tous, on y présente le professeur comme "l’unique chercheur au Monde qui a une piste pour nous sauver". Désactivé par la plateforme samedi, il a été réactivé ce lundi matin.

Que contient ce groupe ?

Chacune des publications sur ce groupe recueille des dizaines, voire des centaines de commentaires en quelques heures. Il s'agit pour la plupart de partages d'articles de presse, d'avis scientifiques, ainsi que des vidéos hebdomadaires de Didier Raoult et des interviews des professeurs très controversés Jean-François Toussaint, Christian Perronne ou Laurent Toubiana, appréciés par la "Raoultsphère". 

Beaucoup d'interviews du professeur Toussaint sont relayées sur le groupe.
Beaucoup d'interviews du professeur Toussaint sont relayées sur le groupe. / Capture d'écran / Facebook

Depuis la sortie de son livre le 22 octobre Maladie française - Pandémie : et pourtant tout avait été préparé !, préfacé par Didier Raoult, le médecin, ancien ministre et secrétaire général adjoint des Nations unies, Philippe Douste-Blazy, y rencontre également un certain succès.

Quelles positions y sont défendues sur la crise sanitaire ?

On y dénonce régulièrement une "censure" de la part du gouvernement qui jouerait sur la "peur" pour faire passer des mesures jugées liberticides voire "dictatoriales", et s'emploierait à "faire porter la responsabilité sur les Français" et à "stigmatiser" Marseille. Les médias sont pour leur part accusés de relayer des "mensonges". Ainsi, certains de ses membres contestent l'existence d'une "deuxième vague" ou l'efficacité du masque, des tests et du couvre-feu. 

L'obligation de port du masque est considérée comme une "supercherie" par certains membres du groupe
L'obligation de port du masque est considérée comme une "supercherie" par certains membres du groupe / Capture d'écran / Facebook

On y prône également l'efficacité supposée de l'hydroxychloroquine, dont l'agence du médicament (ANSM) a tout récemment refusé au professeur Didier Raoult le recours temporaire pour soigner des personnes contaminées par le virus.

"Aimé" plus de 8 700 fois et partagé 3 500 fois, ce post vante l'efficacité de l'hydroxychloroquine et d'un antibiotique.
"Aimé" plus de 8 700 fois et partagé 3 500 fois, ce post vante l'efficacité de l'hydroxychloroquine et d'un antibiotique. / Capture d'écran / Facebook

Pourquoi cette suspension ?

"Votre groupe a été désactivé car il ne respecte pas les standards de la communauté". Lorsqu'il a découvert ce message, Samir, modérateur du groupe, est dans l'incompréhension : "On fait très attention aux publications, on a établi une liste de mots-clés pour qu'il n'y ait pas d'insultes", nous assure-t-il. Contacté par France Inter lundi, Facebook assure que "ce groupe a été désactivé par erreur" sans donner plus de détails. 

Cette désactivation est-elle liée à la volonté de Facebook de lutter contre la désinformation sur la Covid ?

C'est ce qu'on a crû avant que le groupe soit réactivé et que la plateforme parle "d'erreur".  Ces derniers mois en effet, en plus d’afficher des informations officielles des autorités sanitaires, Facebook a bien renforcé ses règles de modération sur les sujets liés au Covid-19, comme la plateforme l'expliquait dans un communiqué, en mars, en vue de lutter contre la "désinformation".

Dans ce communiqué, Facebook assume avoir déjà supprimé "les messages qui font de fausses déclarations sur les remèdes, les traitements, la disponibilité des services essentiels ou l'emplacement et la gravité de l'épidémie (...), sur la base des directives de l'OMS et d'autres autorités sanitaires. Par exemple, nous avons récemment commencé à supprimer les affirmations selon lesquelles la distance physique n'aide pas à empêcher la propagation du coronavirus", explique la plateforme.

Qu'en pensent les membres du groupe ?

L'administrateur du groupe, Arthur Bencherit, se réjouit de cette réactivation "pour continuer à débattre librement". "Nous avons reçu des milliers de messages concernant la désactivation du groupe Facebook. Il y avait de l’incompréhension, il y avait aussi de la colère et il y avait de la déception. Les gens se sentaient trahis que d’un côté, on parle de liberté d’expression et de l’autre on désactive un groupe de discussion", résume-t-il, heureux que cette réactivation mette "fin à la polémique".

Mais cette explication de la plateforme ne satisfait pas un certain nombre de membres du groupe. "Les GAFA au sens large sont rentrés dans un processus de censure des réseaux sociaux depuis que Trump a pris position pour la Chloroquine. Le problème c’est qu’ils censurent même les propos légaux ou scientifiques", suggère un autre membre que nous avons interrogé et qui préfère rester anonyme. Selon lui, le groupe ou une des publications arguant l'efficacité de la chloroquine aurait pu être signalé massivement par des "anti-Raoult".

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.