Un an après le Dieselgate, difficile d'identifier les constructeurs auto les plus vertueux en matière d'émissions, mais on connait ceux qui ont été pris la main dans le sac.

Un an après le Dieselgate, qui est propre?
Un an après le Dieselgate, qui est propre? © Reuters / Anindito Mukherjee
  • Volkswagen

Australie, Espagne, France, Italie, Corée du Sud : la liste des pays où Volkswagen fait l'objet de litiges juridiques est longue. Le "dieselgate" génère une avalanche de demandes de dédommagement des autorités, clients et investisseurs. Aux Etats-Unis, VW a accepté de verser environ 15 milliards de dollars, ce qui lui permettra notamment d'indemniser généreusement les propriétaires de 480 000 voitures. Mais il fait encore l'objet d'une enquête pénale et n'a pas apporté de solution pour tous les véhicules truqués.

En Allemagne, la justice enquête sur les responsabilités de 30 personnes, dont l'ex-patron Martin Winterkorn. Déjà près de 400 investisseurs réclament au groupe environ 4 milliards d'euros. Pour y faire face, Volkswagen met de côté 18 milliards d'euros.

Le 18 septembre 2015, en plein salon de l'automobile de Francfort, les autorités américaines révélaient la duperie de Volkswagen sur des millions de véhicules diesel, à la suite de l'enquête d'une ONG (International Council on clean transportation). Le 22 septembre, le constructeur a reconnu avoir installé en six ans (de 2009 à 2015) sur 11 millions de véhicules diesel dans le monde un logiciel destiné à tromper les tests d'homologation en réduisant temporairement les émissions polluantes. Le patron de Volkswagen Martin Winterkorn a démissionné, laissant sa place à Matthias Müller, patron de Porsche.

  • Audi

En septembre 2015, Audi, marque du groupe Volkswagen, a annoncé que 2,1 millions de voitures vendues à travers le monde étaient également touchées par le scandale. Cela représente environ 2 millions de modèles en Europe ( dont 577.000 en Allemagne) et 13.000 aux Etats-Unis. Presque toute la gamme de la marque est concernée. La direction espère un accord à l'amiable avec les autorités américaines en octobre prochain sur les grosses cylindrées.

  • Renault
Dieselgate : premiers résultats de la commission Royal
Dieselgate : premiers résultats de la commission Royal © Réseau action climat

La commission Royal sur les émissions diesel a été lancée il y a un an, à la suite du dieselgate. La Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes a lancé une enquête visant le constructeur français, dont les résultats aux tests effectués par la commission Royal sont médiocres. Renault a lancé le rappel de certains véhicules pour dysfonctionnement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.