Onze personnes ont  été blessées ce dimanche soir à Dijon.
Onze personnes ont été blessées ce dimanche soir à Dijon. © MaxPPP / Christian Guilleminot

TEMOIGNAGE | Ce dimanche, une voiture folle s'en est pris à des piétons dans le centre ville de Dijon, faisant 11 blessés. Une passante raconte.

Une chose est sûre : l’acte était volontaire. Autour de 20 heures ce dimanche, un homme d’une quarantaine d’année fonce sur des passants, montant sur des trottoirs et accélérant sur des passages piétons en pleine ville de Dijon, au volant de sa Clio.

Cette femme était en train de faire son jogging avec son mari quand elle a vu arriver la voiture à grande vitesse. Son témoignage, recueilli par Stéphanie Perenon, de France bleu Bourgogne.

Ca fait vraiment froid dans le dos, parce que ça aurait pu être nous.

Au bout de près d’une demie-heure, le conducteur finit par être interpellé rue Charles Brifaut, près de la gare SNCF, au terme d’un périple de moins de deux kilomètres. Dans l’intervalle, 11 personnes ont été blessées, selon un dernier bilan. Deux d’entre elles ont été grièvement touchées, mais leurs jours ne sont pas en danger . Selon France bleu Bourgogne, une cellule psychologique a été mise en place au CHU de Dijon.

"Il ne s'agit absolument pas d'un acte terroriste"

Au moment des faits, le conducteur, qui était seul dans son véhicule, aurait crié "Allahou Akbar", autrement dit "Dieu est grand" en arabe, selon des témoins. L’homme d’une quarantaine d’années aurait également parlé des "enfants de Palestine" pour justifier son geste.L’homme est atteint de troubles mentaux, il est suivi à l'hôpital psychiatrique de Dijon, La Chartreuse. Le procureur a insisté sur la "pathologie psychiatrique ancienne et lourde" du conducteur.

"Il ne s'agit absolument pas d'un acte terroriste" a-t-elle ajouté.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place, à Dijon, ce lundi matin. Il ne privilégie pas la piste terroriste pour l'iinstant.

Aujourd'hui, ses motivations ne sont pas établies. j'appelle donc chacun à la prudence et à la responsabilité dans le commentaire. Faire peur est l'objectif du terrorisme. [...] Lutter contre la peur, c'est lutter contre le terrorisme.

Dès hier soir, sur son compte Twitter, le premier Ministre Manuel Valls exprimait sa solidarité à l'égard des victimes de Dijon.

Ces faits interviennent au lendemain de la mort d'un jeune homme de vingt ans, Bertrand Nzohabonayo alias "Bilal", abattu alors qu'il venait d'agresser des policiers au commissariat de Joué-lès-Tours, en Tourraine. Lui aussi avait proféré "Allahou Akbar" au moment où il perpétrait son acte.

►►► EN SAVOIR PLUS | Joué-lès-Tours : des témoins racontent l'agression

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.