Plaisanteries ou insultes homophobes, plafond de verre, stéréotypes, identités camouflées. Les salarié-e-s LGBT n'en ont pas fini avec les discriminations. C'est ce que révèle une enquête IFOP auprès de lesbiennes, gays, bi et trans. France Inter a recueilli deux témoignages.

Un quart des personnes LGBT disent avoir été victimes d'au moins une agression discriminatoire au sein de leur entreprise.
Un quart des personnes LGBT disent avoir été victimes d'au moins une agression discriminatoire au sein de leur entreprise. © Getty / EschCollection

C'est un tableau peu réjouissant que dresse le deuxième baromètre IFOP pour l'association L'Autre cercle sur l'inclusion des personnes LGBT en entreprise.  

Un salarié interrogé sur dix confie, par exemple, avoir déjà été victime d'actes de violence physique (bousculade ou empoignade) ou sexuelle au travail. Ils sont un quart au total à affirmer avoir été victimes d'au moins une agression dans leur organisation, en lien avec leur identité sexuelle ou de genre. Mais ce sont aussi des ambiances de travail qui sont dénoncées : 22% disent avoir été témoins ou victimes de moqueries désobligeantes ou de propos vexants. 

Plus de 1 200 personnes LGBT ont répondu à une batterie de questions sur leurs expériences, et sur leur visibilité au travail. Enquête d'une ampleur inédite, selon l'association qui l'a initiée. 

Plaisanteries douteuses, parfois au quotidien

"Les blagues sont en effet monnaie courante", confirme Armelle, ex-commerciale dans l'industrie pharmaceutique. "C'est un boulot de tapette" revient souvent, note cette salariée lesbienne qui a préféré cacher son orientation sexuelle à ses collègues pendant des années. "Les plaisanteries avec le mot "pédé" sont tellement fréquentes qu'on ne relève pas toujours", ajoute Roberto, qui a longtemps travaillé dans le secteur de la publicité, et qui a mis énormément de temps à parler de son compagnon au travail... au point même de s'enferrer dans le mensonge dans un premier temps.

"Difficile d'échapper aux préjugés, qui peuvent être d'autant plus violents que vous êtes dans une fonction de représentation, au contact des clients, du public, ou bien lorsque vous dirigez une équipe", poursuit Armelle. "Ces stéréotypes peuvent, dans certains cas, freiner des carrières" estime cette ancienne déléguée médicale, même si les preuves de ce type de discrimination sont difficiles à fournir. 

Les lesbiennes ne seraient pas assez féminines, donc pas suffisamment à même de séduire un client. Les hommes gay pas assez virils. Ces clichés sont encore extrêmement répandus. 

Armelle, 52 ans, s'est inventé pendant des années un compagnon pour ne pas avoir à parler de son homosexualité à ses collègues.
Armelle, 52 ans, s'est inventé pendant des années un compagnon pour ne pas avoir à parler de son homosexualité à ses collègues. © Radio France / Claire Chaudière

Extrême discrétion ou invisibilité ?

Résultat : dans la France de 2020, une moitié des personnes LGBT sondées seulement, affirme être "visible" au travail, c'est-à-dire ne pas cacher son identité sexuelle ou de genre. L'autre moitié vit donc dans l'évitement, parfois même le camouflage

"Le lundi, à la machine à café, je me suis habituée à mentir, à parler de mon compagnon au lieu de ma compagne", avoue Armelle, qui depuis, a changé de métier et ne cache plus son orientation sexuelle. 

Je suis lesbienne. Ma compagne s'appelle Anna-Paula. Du coup je parlais de Paulo à mes collègues. Ensuite ça a été l'engrenage. J'étais de plus en plus mal à l'aise. J'ai fini par quitter cette entreprise.

Roberto raconte la même plongée dans le mensonge, l'isolement et la gêne qui s'installe petit à petit. "On m'invitait à des dîners, mais ma copine était toujours malade. Ils se doutaient bien que quelque chose ne tournait pas rond. Mais je n'osais pas faire mon coming out auprès d'eux.

"Lorsque vous arrivez le premier jour dans une entreprise, vous êtes en situation de fragilité et vous ne savez pas dans quel état d'esprit sont vos collègues. Alors vous optez pour la discrétion, et vous finissez par mentir par omission. On est piégé. C'est assez courant chez les salarié-e-s LGBT. Même si je suis persuadé aujourd'hui que la visibilité est vraiment préférable ! " conclut Roberto. 

Pour Roberto, les premiers jours dans une nouvelle entreprise peuvent être très compliqués pour les salariés LGBT. Il en a lui même fait l'expérience.
Pour Roberto, les premiers jours dans une nouvelle entreprise peuvent être très compliqués pour les salariés LGBT. Il en a lui même fait l'expérience. © Radio France / Claire Chaudière

Armelle, elle, raconte avoir eu un déclic : "J'ai mûri. J'étais plus sûre de moi. Lors d'un entretien, par la suite, j'ai parlé immédiatement de ma compagne sans aucune gêne. Je n'ai ensuite jamais eu de remarques ou d'ennuis. On est aussi parfois dans l'auto-censure."

La visibilité au travail est d'autant plus facile à assumer - et c'est l'un des derniers enseignements de l'enquête - quand les entreprises envoient des signaux à leurs salariés, autrement dit quand elles s'engagent officiellement sur la question de l'inclusion des salarié-e-s LGBT. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.