Demain, les repas seront-ils encore l'occasion de se réunir en famille ? Le déjeuner, le dîner, sont-ils en train de disparaître pour laisser place à d'autres modes alimentaires ?

Disparition du repas familial, Nouvelles habitudes d'alimentation...A quoi ressemblera le repas du futur ?
Disparition du repas familial, Nouvelles habitudes d'alimentation...A quoi ressemblera le repas du futur ? © Getty / Donald Iain Smith

Au micro de Giulia Fois dans Demain la veille, l’anthropologue Véronique Pardo et le sociologue Claude Fischler ont tenté de donner quelques éléments de réponses à ceux qui se demandent à quoi ressembleront les repas du futur.

Pour les deux experts, dans les décennies à venir, le repas devrait rester un moment de partage durant lequel les personnes autour de la table ne partageront plus forcément le même met. La question de la fréquence des repas sera également posée, à cause de nos rythmes de vie qui changent, et il pourrait bien y avoir moins de repas par jour.

Claude Fischler :

Il y a une autonomisation complète du sujet mangeur (…) On ne sait plus où donner de la fourchette !

Demain, dînera-t-on encore en famille, réunis autour d'une table ?

Symbole d'un bon repas typique et convivial : la table. Si un Français sur trois ne mange plus à table, elle garde une place importante dans les habitudes. Comme Véronique Pardo l'a constaté avec l'étude AlimAdos, la majorité des adolescents interrogés restent attachés aux repas en famille. Ainsi, cette étude menée auprès de la tranche d'âge des 12-19 ans entre 2007 et 2010 démontre que de nombreux jeunes déclarent grignoter devant leurs écrans.

Si les habitudes changent, un sondage BVA datant de 2010 prouve que la dimension familiale du repas reste primordiale pour une large majorité des Français :

Le repas traditionnel, familial à table en famille est plébiscité par 83% des Français en 2010. Désormais, ce chiffre est descendu à 68%.

La disparition du repas familial ?

Claude Fischler rappelle que la peur de la disparition du repas familial existe depuis le début du XXe siècle. Et ces problématiques ne sont pas franco-françaises.

En comparant les modes de consommation dans les différents pays, les tendances restent les mêmes. En général, on consacre moins de temps à préparer et à manger, sauf en France. Dans les pays développés, la France est le seul pays qui respecte scrupuleusement les horaires attitrés aux heures de repas.

Aussi, le sociologue a rappelé que la moitié des Français déjeunent entre 12h30 et 13h30. Le pic intervient à 13h et en semaine, heure à laquelle la moitié de la population mange.

À titre de comparaison, au Royaume-Uni, le pic intervient à 13h10 et ils ne sont que 17,5% à déjeuner à cette heure précise. Pour le sociologue, cela prouve bien que la France reste un pays d'habitudes alimentaires, là où ces mêmes habitudes sont plus éclatées ailleurs.

Claude Fischler :

La structure du repas reste la même, mais elle est contractée, voire diminuée

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.