Qu'ils racontent leur quotidien à l'hôpital ou qu'ils se servent de leur expertise pour informer sur des données scientifiques, certains professionnels de la santé tiennent des comptes sur Twitter, Facebook ou Instagram, permettant de suivre cette crise sanitaire de l'intérieur.

Sur les réseaux sociaux, les soignants témoignent de leur quotidien dans la prise en charge des patients atteints par le virus.
Sur les réseaux sociaux, les soignants témoignent de leur quotidien dans la prise en charge des patients atteints par le virus. © AFP / Frédéric Dides / Hans Lucas

Sur les réseaux sociaux, le Covid-19 monopolise l'attention de nombreux internautes et les publications ne manquent pas. Pour s'y retrouver dans cette infinité d'informations, on vous a concocté une sélection de comptes à suivre. Médecins, aide-soignants, infirmiers, virologues.... Ils ou elles sont mobilisés dans la lutte contre le virus et ont décidé de nous partager leur expertise et leurs témoignages.

Récits et ressentis de soignants

  • Le journal de bord d'une aide-soignante en réanimation sur Instagram

Le compte Instagram @nadiarebellechieuse est tenu par Nadia, aide soignante en réanimation à l’hôpital Robert Ballanger de Villepinte. Elle y tient un  journal de bord de ses journées de lutte contre le Covid-19, jour après jour. Elle raconte ses peurs, ses colères, sa fatigue, sa gratitude face aux gestes de solidarité... Au "jour 8", elle écrit : "Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que nous vivons cloîtrés dans nos services de réanimation, c'est la course sans cesse, pas une minute à nous, les patients décompensent à tout moment, nos médecins eux aussi sont débordés". Au "jour 9", elle vit le "pire de l'épidémie".

View this post on Instagram

Jour 9... aujourd'hui,j'ai pleuré. oui,moi j'ai pleuré,pourtant habituellement je me sens forte,et là,je me suis écroulée! j'ai éte tellement émue que les larmes ont coulées! aujourd'hui,j'ai vraiment ressentie,le pire de cette épidémie! Je le savais déjà,mais j'ai essayer de me protéger,mais j'ai craquée et mes yeux se sont mouillés! Aujourd'hui,une patiente m'a touchée au plus profond de moi;depuis le matin,cette dame était sous 15 litres d'oxygéne et elle avait de plus en plus de mal à respirer! aprés,beaucoup d'hésitation,et l'échéance de l'intubation est arrivée. Quand,nous sommes entrer dans la chambre,elle était au tel avec sa famille,avec sa fille,le médecin lui a expliqué ce que nous allions faire et ensuite a pris le tel pour l'expliquer à sa fille! Avant,que nous l'endormions elle a pu parler encore avec sa fille et ses mots ont été terrible! Elle a dit à sa fille d'être forte et d'embrasser bien fort ses enfants,et surtout d'être forte,et que si elle ne s'en sortait pas de penser toujours à elle! comment rester insensible? et puis la fatigue décuple les émotions! alors,j'ai pleurer! excusez mes fautes d'orthographes,je suis fatiguée ! Nous avons encore du matériel pour nous protégez mais jusqu'a quand? nos cadres se coupent en quatres et s'épuisent à gérer les personnels car les équipes pour une bonne prise en charge doivent être renforcés! Et,surtout elles essayent de nous donner les moyens de travailler et surtout de se protéger,car les stats disent que 40 pour cent des soignants seront contaminés,avec ou sans symptomes! Mais nous le saurons peut être jamais car nous ne sommes pas testés! nous sommes de bons petits soldats,mais beaucoup d"entre nous n"oublierons pas! Ils n'oublieront pas cette peur pour eux et surtout pour leurs proches! et surtout un merci à tous les autres acteurs de cette grande chaine du soin! . #planblanc #réanimation @covid_19_official2020 #covıd19 #coronavirus #ide #aidesoignante #epadh #hopital #hospital #hopitauxdefrance #solidarité #peur #colere #soutien #merci

A post shared by Nad#rebelle#chieuse (@nadiarebellechieuse) on

  • La "Bridage des infirmières"

La "Brigade des nurses", c'est à la fois une page Facebook (suivie par près de 384.000 personnes) et un compte Instagram. On y partage toutes sortes de contenus sur le monde infirmier, désormais relatifs à la crise du Covid-19.  Des informations, des initiatives, des témoignages de soignants, des vidéos ou des mèmes humoristiques y sont relayés. On y trouve par exemple les mots désagréables que certains ont trouvé à leur porte, de la part de leur voisin leur demandant de quitter les lieux, ou, à l'inverse, des initiatives solidaires comme celle-ci.

  • Un médecin urgentiste raconte son quotidien

François-Xavier, 35 ans, est médecin aux urgences et au SAMU depuis 7 ans, à Épinal. Il est également spécialiste en situations sanitaires exceptionnelles comme les attentats, les catastrophes nucléaires. Sur son compte Twitter, il évoque ses journées de travail aux urgences, fait "de la pédagogie" sur son métier et émet des recommandations, avec une pointe d'humour, pour "faire passer des messages avec optimisme et de l'espoir", nous dit-il.

  • Une généraliste face au Covid-19

Le compte @DocArnica, animé par une médecin généraliste installée en Alsace, évoque son quotidien et celui de ses patients touchés par le coronavirus : elle en a déjà vu passer plus de 400 en moins d'un mois. Entre récits de rencontres et coups de gueule, dans cette région où l'on a subi de plein fouet l'épidémie.

Des analyses médicales et des recommandations

  • Un radiologue décrypte ses diagnostics

Mickaël Ohana est radiologue au CHU de Strasbourg, spécialisé en imagerie cardio-vasculaire et thoracique. Sur son compte Twitter, il réalise des threads pour rendre compte de cas de patients rencontrés à l'hôpital, imageries à l'appui. Des tweets "à visée informative pour les collègues", notamment en matière de diagnostic, mais qui permettent aussi de se faire une idée de l'évolution statistique : le nombre de patients pris en charge, leur âge, les signes de la maladie etc.

  • Une infectiologue vulgarise les études

Si vous n'avez pas le courage de lire des pages et des pages d'études sur le Covid-19, il y a le compte Twitter Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue. Comment utiliser les masques ? Quelle est la durée de vie du SRAS-Cov-2 selon les milieux ? Quels animaux peuvent transmettre le virus ? Des études se penchent sur ces questions, et Caroline Quach en fait des résumés concis, argumentés, et avec toute la prise de recul que ces données exigent.

  • Un anesthésiste réanimateur fait le point

Timothée Abaziou, anesthésiste réanimateur à Toulouse, a repris les publications sur son compte Twitter pour réaliser un thread très complet sur les décisions de "non réanimation" et la "sédation terminale" de certains patients, retweeté plus de 820 fois, alors que beaucoup s'indignaient du recours au médicament Rivotril. Il partage aussi parfois son ressenti et ses opinions.

Des photos derrière les portes de l'hôpital

  • Le projet photo de deux infirmières en réanimation

Le compte Instagram "Derrière nos portes" héberge le projet photo de deux infirmières du service de réanimation du CHU de Nice, débuté en juillet 2017. Des photos en noir et blanc qui, depuis mars 2020, offrent un regard sur les bouleversements de ce service face au virus, qui "modifie les coutumes" et cloisonne les secteurs et les équipes. Les gestes de soin, le travail de nettoyage, l'accueil... le personnel hospitalier y trouve une visibilité, toute en poésie et mélancolie.

  • Un infirmier italien montre la détresse de ses collègues

Paulo Miranda est infirmier à l'hôpital de Crémone en Italie. Avec son appareil, il documente l'enfer vécu par ses collègues débordés et épuisés. Une de ses photos, publiée sur son compte Instagram, a fait le tour du monde, aimée par près de 13.160 internautes. On y voit une infirmière, effondrée dans un couloir, la tête entre les mains, en train d'être consolée. "Nous ne sommes pas des héros, nous sommes des professionnels et avant tout des êtres humains", écrit-il sous une cette publications.

  • Au cœur d'une équipe de réanimation

Ce compte Twitter a été créé par Jérémy Petit, infirmier-anesthésiste de 34 ans. Au fil de ses publications, il relate l'engagement de l'équipe soignante du service de réanimation de l’hôpital Saint-André, à Bordeaux. Une façon de laisser transparaître leur quotidien au grand public, en cette période de confinement et d'isolement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.