Najat Vallaud-Belkacem visite une école à Marseille.
Najat Vallaud-Belkacem visite une école à Marseille. © MaxPPP

Le ministère de la Ville et Marseille vont investir massivement dans la réfection des écoles délabrées de la cité phocéenne. Cinq millions d’euros devraient être débloqués par le gouvernement et cinq autres par la ville de Marseille.

La polémique avait rebondi au début de l’année quand une institutrice avait publié une lettre ouverte. Elle y déplorait les conditions de classe difficiles pour les enfants, notamment en hiver dans des salles non chauffées par exemple.

La mairie de Marseille et le ministère de l’Education Nationale se sont renvoyés la responsabilité pendant des mois. Ils ont trouvé un accord assure la ministre de l'Education Nationale.

Le ministère de la Ville promet cinq millions d'euros pour aider Marseille

En visite pour un point d’étape à Marseille Najat Vallaud-Belkacem a assuré le maire du versement immédiat de trois millions d’euros. La ville recevra cinq millions d’euros en tout dans le cadre de la politique de la ville.

La ministre a également annoncé la création de 330 nouveaux postes d'enseignants à Marseille pour la rentrée 2016. Cent cinquante devraient être affectés dans les écoles primaires.

Marseille va investir cinq millions d’euros en plus dans ses écoles

Depuis les vacances de février les services de la mairie ont procédé à plusieurs réparations urgentes. Michel Gaudin le maire de Marseille : "Tout d'un coup, nous nous sommes rendus compte que dans un certain nombre d’écoles, il y avait des travaux qui auraient mérité d'être réalisés. C'est même quelques fois un peu une surprise pour moi".

A la mairie on a déjà voté un effort de cinq millions d’euros pour des travaux dans les écoles. Des fonds qui devraient être reconduit en 2017 et 2018.

Pour faire remonter plus rapidement les demandes de travaux dans les écoles, la mairie a mis en place une ligne dédiée "Allô Mairie". Les responsables d’établissements peuvent appeler pour les interventions urgentes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.