Le 28 janvier est la Journée mondiale des données personnelles, créée en 2007 par le Conseil de l'Europe. Le sujet est de plus en plus sensible : Facebook met en avant des fonctionnalités plus simples pour gérer ses données pendant qu'Apple promet de mettre des freins au pistage des utilisateurs d'iPhone par les applis

Facebook propose des tutoriels vidéo pour aider les utilisateurs à gérer leurs données personnelles.
Facebook propose des tutoriels vidéo pour aider les utilisateurs à gérer leurs données personnelles. © capture/ Facebook

À l'occasion de la Journée mondiale de la protection des données, organisée tous les 28 janvier, Facebook a fait passer un communiqué de presse pour rappeler sa politique de confidentialité et diffuser quelques tutoriels pour aider à y voir clair dans la vaste forêt de ses pages consacrées au sujet. C'est que si vous appuyez sur le bouton "paramètres "de votre page Facebook, quelques heures de lectures vous sont garanties, de pages en pages, de menus en sous-menus. Pour obtenir quoi ? Une visibilité sur les publicités qui vont sont envoyées, sur le choix des applications qui voient ce que vous faites sur Facebook. Cette semaine, Facebook vous promet des raccourcis pour aller plus vite. 

La protection des données, une vieille histoire

Dès 2014, la porosité entre Facebook, et ses sites filiaux comme WhatsApp et Instagram était de règle dans la politique d'utilisation des données de la firme de Mark Zuckerberg. De la même façon, la carte bancaire des internautes qui utilisaient la fonction "achat" n'avait pas plus de secret pour elle, que la dernière recette du kouglof alsacien postée sur leur fil d'actualité. Pourtant, il n'était pas possible de faire halte, sur tout ou partie de ses données, l'utilisateur ne pouvait qu'être informé. Il fallait fouiller dans les paramètres Facebook pour définir des centres d'intérêts, et faire le tri, dans les préférences que Facebook pouvait vous attribuer. 

En 2018, le scandale Cambridge Analytica a permis de soulever le tapis de cette politique de transparence totale et de la propagation de données personnelles. Facebook, en réponse, avait promis que les utilisateurs pourraient bientôt devenir "acteur" de la confidentialité de leurs données. Un outil pour cela a été mis en place début 2020.

Aujourd'hui, des tutos et des raccourcis, mais l'utilisation des données n'a pas changé

Pour confirmer sa politique de "transparence", Facebook choisit par exemple de communiquer cette semaine, et son service de presse fait savoir que des tutos sont publiés à l'occasion de la Journée internationale de la protection des données personnelles. Les réglages conseillés sur ces tutoriels, à effectuer depuis votre smartphone, s'avèreront salutaires. Vous pourrez notamment vérifier quelles applications ont page ouverte sur vos données à travers Facebook et mettre hors jeu certaines d'entre elles. Vous pourrez d'ailleurs, en cliquant sur "Les paramètres de vos données Facebook", également autoriser Facebook à déclencher la reconnaissance faciale, et la localisation. Vous pouvez, en cliquant sur un autre item, régler les préférences publicitaires. Ici Facebook n'oublie pas de vous rappeler qu'elle est à même de prendre en compte vos activités en dehors de ses pages, sur d'autres sites web ou applications. 

Si vous suivez les indications, vous verrez c'est très bref, et même beaucoup trop bref. Au regard des multiples pages qui se cachent derrière le titre "Politique d’utilisation des données", il semble que les réglages offerts en quelques clics résument une situation assez inextricable. Vous ne pouvez pas être sur Facebook sans livrer vos données, à part la localisation et le reconnaissance faciale, et même quand vous n'y êtes pas, ce que vous faites ailleurs sur d'autres sites et applis, Facebook s'y intéresse et le collecte. 

Aujourd'hui, nous dit Facebook, "pour vous montrer des publicités pertinentes, nous utilisons les données que des annonceurs et d’autres partenaires nous fournissent concernant votre activité sur leur sites web et leurs apps, ainsi que certaines interactions hors ligne, comme des achats. Par exemple, nous pourrons vous montrer une publicité pour une chemise après que vous avez consulté le site web d’un magasin de vêtements. Nous ne vendons jamais vos données". Facebook vend des encarts publicitaires et nous dit aussi que l'activation des paramètres de préférences "ne change en rien le nombre de publicités que vous verrez".

C'est un enjeu à plusieurs milliards de dollars, l'objet d'une guerre dans le grand monde des GAFA. 

La guerre des géants

Tracer les internautes, savoir ce qui les intéressent, ce qu'ils achètent, ce sont les pépites d'or d'aujourd'hui. Et en ce moment c'est la guerre autour de cela entre Facebook et Apple. En 2020, Apple a choisi d'accentuer ses mesures pour limiter le pistage des propriétaires d'iPhone par les annonceurs publicitaires et les applis qui véhiculent leurs messages. Ces nouvelles mises à jour concernent le système iOS 14, et elles dérangent les émetteurs et diffuseurs de publicité. Facebook et toutes les applications que l'on installe dans son iPhone muni d'iOS14, devront obtenir une autorisation des utilisateurs avant de réaliser un traçage. Il ne se fera plus par défaut, il faudra clairement faire un choix, en répondant à une question, au moment de l'installation de l'appli. Donc les publicités n'arriveront plus si facilement sur les écrans des iPhone, et les annonceurs seront donc moins présents. C'est le contraire même du principe "a posteriori" de Facebook, qui veut que l'on peut avoir un résumé des applications et des sites Web qui lui envoient des informations sur nos activités, et effacer ces informations de notre compte, si on le souhaite, à condition d'avoir trouvé la bonne page pour le faire.