Somnolence et vigilance
Somnolence et vigilance © CC Stéphane Olivier.

Près d'un conducteur sur dix s'est déjà endormi au volant sur le trajet de son travail au cours de l'année.

La somnolence guette ceux qui ont des nuits trop courtes, selon une enquête Opinionway auprès d'un millier d'adultes (salariés, artisans et professions libérales...) représentatifs de la population.

Ces petits dormeurs qui piquent du nez au volant on ne les trouve pas chez les plus âgés mais au contraire on les compte parmis les 18-24 ans. Ils sont pres d'un sur cinq (18%) à s'être endormi en conduisant une fois au moins dans l'année.

Heureusement, dans la plupart des cas ceux qui sommeillent au volant arrivent à rouvrir l'oeil à temps, ou au moins avant l'accident.

Un actif sur trois dors moins de six heures par nuit. "Bien en-deçà du temps de sommeil recommandé pour éviter des troubles de santé", explique le Pr Damien Léger, président de l'Institut national du sommeil et de la vigilance (InSV), qui a commandé, avec la mutuelle MGEN, cette enquête.

Les explications de Danielle Messager

Dormez plutôt quand un autre conduit

Pour plus d'un passager sur trois le covoiturage ou les transport en commun sont l'occasion de piquer un petit roupillon (en moyenne 23 minutes) à l'aller et/ou au retour. Et c'est excellent pour la santé

Mots-clés :
Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.