Ce jeudi 4 janvier est la journée mondiale du braille, le code alphabétique destiné aux personnes aveugles et malvoyantes. À l'ère du numérique, l'alphabet braille fait sa révolution.

Une plage braille ajoutée à un ordinateur portable par un étudiant
Une plage braille ajoutée à un ordinateur portable par un étudiant © Maxppp / IP3 PRESS / Luc Nobout

Les personnes aveugles et malvoyantes seraient un peu plus de 200 000 en France selon la Fédération des Aveugles de France. À l'ère du numérique, l'alphabet composé de deux rangées de trois points a fait sa révolution, près de deux siècles après sa création (en 1825 par Louis Braille). 

Le braille 2.0 a la forme d'un petit clavier. Il permet aux personnes aveugles et malvoyantes d'utiliser les outils informatiques comme tout le monde.

Ce qui est d'autant plus pratique que les documents imprimés en braille sont très volumineux, comme l'explique Thierry Jammes, vice-président de la fédération des aveugles de France : "le dictionnaire Larousse qui fait à peu près six centimètres d'épaisseur. En braille c'est 1,20 mètres de large sur votre étagère. Aujourd'hui on met le tout dans une clef USB."

Livre en Braille
Livre en Braille © Maxppp / Frédéric Cirou

Thierry Jammes explique comment marche la plage braille : "La partie basse est composée d'une ligne de caractères et au-dessus les points braille classiques. Ce que j'écris apparaît sur la ligne inférieur." Mais le clavier en braille a un coût : entre 2 500 et 6 000 euro.

Exemple de plage Braille
Exemple de plage Braille

Pour trouver une alternative, les fabricants d'ordinateurs et de smartphones ont créé la synthèse vocale.

Christian Lainé, formateur en informatique adaptée : "Apple a inclus une adaptation pour les personnes handicapées et pour les non voyant : VoiceOver.Android également. Il reste à faite en sorte que ces adaptations arrivent à s'étendre sur tous les matériels comme les appareils électroménagers qui sont de plus en plus tactiles et qui pour nous par contre sont un véritable frein."

Les gestionnaires de site internet doivent aussi se plier à plus de 130 normes internationales. En France, seuls 4% des sites du service public les respectent.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.