À la veille du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, rencontre avec trois féministes, issues de trois générations différentes. Elles racontent trois façons de combattre pour les droits des femmes.

Delphine Remy-Boutang( à gauche), Michèle Idels (au centre), Elvire Duvelle-Charles (à droite)
Delphine Remy-Boutang( à gauche), Michèle Idels (au centre), Elvire Duvelle-Charles (à droite) © JFD- François Tancré/ Silvina Stirnemann/Laure Bourdon Zarader

France Inter propose une journée #ToutesFéministes avec les témoignages de toutes celles qui luttent et qui ont lutté pour que les femmes restent maîtres de leur corps et de leur destin. Nous avons choisi trois femmes, issues de trois générations différentes, pour illustrer les différentes perspectives de ces combats féministes. Michèle Idels est une intellectuelle, Delphine Remy-Boutang, est communicante et "business-woman", alors que Elvire Duvelle-Charles est journaliste et réalisatrice. 

Michèle Idels, avocate, 70 ans, ex du MLF

"C'est en 1968 qu'est née la conscience qu'il existe une condition universelle des femmes"

Son engagement : Michèle Idels est avocate. Elle a 70 ans. Elle est membre du Mouvement de Libération des Femmes depuis 1971, trois ans après sa fondation par Antoinette Fouque. Cet engagement a pris forme, ensuite, au sein des éditions Des femmes, émanation du MLF. Michèle Idels a aussi participé aux grandes conférences de l'ONU sur les femmes et le développement, et elle est co-présidente de l'Alliance des femmes pour la démocratie. 

L'origine de son engagement féministe : Pour elle le MLF a réellement permis l'ouverture d'une nouvelle époque. Avant 68, les femmes étaient exclues de toute visibilité positive, explique Michèle Idels : "On ne parlait de rien, ni de leur exclusion, ni de leur sexualité, ni de leur fécondité". Mais le MLF est allé plus loin que la révolution sexuelle de mai 68, et comme le disait Antoinette Fouque, sa co-fondatrice, ce mouvement est né "contre ce que mai 68 avait de viriliste, de guerrier et de machiste". "Une conscience est née", explique Michèle Idels, "une conscience que les femmes existent, et qu’il y a une condition universelle commune aux femmes". 

Son regard sur les différentes générations de féministes : Après les conquêtes telles que l’abolition de la puissance paternelle au bénéfice de l’autorité parentale en 1970, le droit à la contraception puis à l’avortement en 1974, et le droit à la parité en 1999, Michèle Idels considère que la génération suivante, celles des filles du MLF a été plus silencieuse mais toujours agissante. "Elles ont voulu s’insérer dans le monde professionnel, dans le monde politique, elles ont travaillé plus individuellement". Mais le chemin parcouru, les avancées obtenues, n’effacent pas "la persistance des phénomènes de sexisme, de violences, et de harcèlement". À l’heure de #MeToo, les anciennes du MLF, aujourd'hui engagées aux Éditions des femmes, comme Michèle Idels, estiment qu’après un moment de refoulement de leur mouvement, de mise sous silence, rompu par l’émergence du mouvement FEMEN, "#MeToo a légitimité notre combat pour la libération de la parole depuis le début".

Que toutes les femmes ne soient pas d’accord, "c’est normal, cela se comprend", explique l'avocate. "Il y a toujours eu plusieurs tendances, dès le début, autour de débats qui traversent toute la société, comme la prostitution, la place des religions… " Aujourd'hui encore, toutes les femmes ne pensent pas à l'unisson et dans les débats actuels post-César, différents points de vue s'affrontent. Mais Michèle Idels prévient : "L'accent mis sur la division des femmes entre elles, pose question. On ne pourra avancer que si tous les combats sont solidaires."

Comment elle voit l'avenir du combat féministe : Pour elle, il est important que les femmes fortes et accomplies comme les comédiennes qui ont porté #MeToo continuent de témoigner sur ce qu'elles subissent, car cela donne du courage à toutes les autres. Elle prend l'exemple d'Adèle Haenel : "Adèle Haenel est une femme puissante, lucide et qui prend tous les risques pour affirmer son désir d’un monde sans haine et sans prédation à l’égard des femmes. Son témoignage est salutaire pour toutes. Le fait de décrire ce qui se passe, partout dans tous les milieux, quand il y a atteinte à l'intégrité des jeunes filles et des jeunes femmes, c'est une question de santé publique et une question politique majeure". Au-delà de cette libération de la parole, le combat qui s'annonce est de surmonter cette "protestation virile", selon le terme d’Antoinette Fouque, qui s'exerce contre toutes les avancées des droits des femmes et les menace, qu’il s’agisse du droit à l'avortement dans divers pays, ou de la volonté de discréditer et de jeter l'anathème sur la parole des victimes de violences ou de harcèlement.

Delphine Rémy-Boutang, fondatrice de la Journée de la femme digitale, 50 ans 

"Les systèmes qui ont mis les femmes à l’écart sont les mêmes que ceux qui ont mis à mal la nature"

Son engagement : Delphine Remy-Boutang est fondatrice de la Journée de la femme digitale. Elle ne milite dans aucune association féministe, mais elle se dit féministe. Pour l'être, "il suffit de faire le constat des inégalités". Son agence de communication est à l'origine d'un manifeste pour un monde digital inclusif, reconnu par le secrétariat d'État chargé du Numérique, et d'un prix, les Margaret, en hommage à l'informaticienne de la Nasa, Margaret Hamilton, décerné aux créatrices d'entreprises. "Ma démarche est business", dit-elle, "car je crois qu’il faut agir. Entreprendre c'est ce donner cette liberté de mouvement et d'action. Les femmes doivent avoir ce pouvoir. Les inégalités coûtent cher. Si notre société était égalitaire, le PIB de notre pays serait de 16 milliards d’euros supplémentaires". 

L'origine de son engagement féministe : Elle est de cette génération de femmes, nées après 70, pour qui les droits étaient acquis et une place dans le monde du travail assurée. Il n'y avait aucune raison de s’alarmer. Sa prise de conscience a commencé en arrivant dans le monde du travail, chez IBM en Angleterre. "Les photos de femmes derrière les premiers ordinateurs, si nombreuses" témoignant des débuts de l'informatique, lui ont permis de mesurer l’écart avec la réalité du XXIe siècle. Rentrée en France, elle s’est rendue compte à quel point la société française était fermée aux profils atypiques, à ceux, et celles, qui ne sortent pas du circuit des grandes écoles. 

Son regard sur les différentes générations de féministes : Cette conscience d'une condition universelle des femmes, mise au jour par le MLF, telle que la décrit Michèle Idels, n'a pas été enseignée aux enfants d'après 1970, comme Delphine. "À l'école, on ne m'a pas parlé de tout cela. Et quand une fille prenait la parole, les professeurs estimaient qu'elle avait du culot, alors que pour les garçons on parlait d'ambition."

Elle a tout à fait conscience d’être de cette génération entre deux, et constate elle aussi que certaines femmes de sa génération ou un peu plus âgées, ne remettent pas en cause la répartition actuelle des rôles. "J’ai confiance en elles, elles prendront bientôt conscience de la réalité.  Je ne crois pas non plus à cet argument qui consiste à nous reprocher notre manque d’esprit collectif, il n’est là que pour nous discréditer. Oui nous avons besoin d’être plus solidaires, de nous fédérer, c’est ce que nous faisons et je suis sûre que la sororité des femmes vaincra."

Comment elle voit l'avenir du combat féministe : Pour elle, il y a encore beaucoup de travail, à tous les niveaux.  Par exemple, faire émerger des modèles féminins, et permettre aux femmes d'accéder à la puissance financière qui permet d'entreprendre. Elle souligne que "98% des investissements pour entreprendre dans le monde, sont dédiés à des projets portés des hommes. Il ne reste que 2% pour les initiatives des femmes". Il n'est pas question d'"attendre encore un siècle" pour que hommes et femmes soient sur un pied d'égalité. Par ailleurs, c'est vers la nature que se tourne aussi son regard. Dephine Rémy-Boutang est attachée à une nouvelle dimension du féminisme, l'éco-féminisme car "les systèmes qui ont mis les femmes à l’écart sont les mêmes que ceux qui ont mis à mal la nature".

Elvire Duvelle-Charles, 32 ans, autrice de la série web "Clit Révolution"

"Sur les questions de genre, de maternité, sur la trans-identité, on ne peut pas être sur les mêmes lignes [que nos aînées], c’est une question d’époque"

Son engagement : Elvire Duvelle-Charles, 32 ans, s'est engagée au sein du mouvement des FEMEN en 2013. Elle a ensuite opté pour une autre forme d'action et mène la "clit révolution", comme elle l'appelle, avec Sarah Constantin. Ensemble, elles en ont fait un série web et un Manuel d’activisme féministe qui parait début mars, aux éditions Des femmes/Antoinette Fouque. Elles sont aussi connues, entre autres, pour avoir réalisé une parodie du clip du rappeur Orelsan, Saint Valentin, où elles détournent cette chanson profondément sexiste pour en faire un hymne féministe. 

L'origine de son engagement féministe : Elle a côtoyé les premières figures de référence féminines comme Rosa Parks, dans les livres d'Histoire, au lycée. "Je vivais tout cela de manière silencieuse, et ces modèles de femmes qui suscitaient beaucoup d’admiration chez moi, appartenaient à une autre époque" témoigne-t-elle.

Ce n’est qu’en militant pour les FEMEN, qu’Elvire a rencontré les représentantes des éditions Des femmes, issues du MLF. C'est une rencontre un peu par hasard. "C'était assez bouleversant, car pour moi c’étaient des personnages historiques, pas des vraies femmes, et en fait oui, elles étaient vivantes, actives, et toujours revendicatives."

Son regard sur les différentes générations de féministes : Une forme de sororité est née entre les anciennes et les plus jeunes. Les éditions Des femmes viennent parfois en soutien logistique. Plus jeunes et anciennes ont même manifesté ensemble contre la prostitution. "Même s’il y a des divergences de vues ou de pensée, elles nous aident" reconnait Elvire, à l’endroit de ses grandes sœurs. "Nous n'avons pas la même vision des luttes d'aujourd’hui. Sur les questions de genre, de maternité, sur la trans-identité, on ne peut pas être sur les mêmes lignes, c’est une question d’époque".  

Comment elle voit l'avenir du combat féministe : Pour les jeunes femmes qui dénoncent notamment les violences et le harcèlement, il s'agit donc d'opérer une révolution des mentalités, plutôt que d'acquérir de nouveaux droits. Les rapports de séduction, les modèles de sexualité et d’érotisme sont à réinventer, et "c’est ce qui perturbe beaucoup de personnes qui ne sont pas dans les luttes. Or la difficulté c'est d'énoncer ce dont on doit se séparer sans avoir de repère pour l’avenir."

Pour la jeune génération, c'est le système patriarcal qui est à remettre en cause complètement. Et bien au-delà, Elvire Duvelle-Charles considère déjà que la génération à venir ira beaucoup plus loin encore. "Aujourd’hui, la génération des lycéennes parlent de gender fluid, c’est-à-dire de personnes qui peuvent se vivre parfois au féminin, parfois au masculin". Que sera le féminisme au pays des gender fluid, des non-binaires, des agenres ? "En tout cas, les jeunes qui arrivent seront beaucoup plus engagés, y compris sur les questions environnementales, terrain sur lequel nous ne sommes pas au sein de la Clit révolution . Leurs combats vont évoluer, elles seront plus intersectionnelles, et ils vont trouver des nouveaux modèles de luttes car tout va évoluer".

#ToutesFéministes : Journée spéciale sur France Inter, vendredi 6 mars 2020, avec Konbini

Aller plus loin

• LIRE - #UberCestOver, #JaiÉtéviolée, #JeDisNonChef : les derniers combats féministes en dix hashtags 

• REPORTAGE - Harcèlement sexuel en entreprise : la parole libérée mais trop d'affaires encore enterrées. 

• LIRE - Quelle serait LA mesure qui permettrait de faire avancer les droits des femmes en France ? Nous avons demandé à des féministes de choisir une mesure prioritaire à leurs yeux pour faire avancer l'égalité entre les femmes et les hommes en France. Voici leurs réponses. 

• ÉCOUTER - Marguerite Stern : "Le patriarcat est un système : il faut s'attaquer à tous les maillons de ce système" 

• A VOIR - "Sexe sans consentement" : céder, ce n'est pas dire oui. Un documentaire donne la parole à des femmes qui ont vécu, souvent très jeunes, une relation sexuelle dont elles ne voulaient pas. Illustration implacable de la culture du viol. 

• UN COUP D'AVANCE - Égalité femmes-hommes : ces entreprises qui ont (déjà) allongé le congé paternité

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.