INFO FRANCE INTER - Prendre des anticorps de personnes guéries du coronavirus pour les injecter à des malades, c'est le principe d'un nouvel essai clinique qui commence lundi prochain, avec l'espoir de pouvoir bloquer rapidement le virus avant qu'il ne fasse trop de dégâts.

Des dons de plasma ont eu lieu en Chine, chez des patients guéris du Covid-19
Des dons de plasma ont eu lieu en Chine, chez des patients guéris du Covid-19 © AFP / XINHUA

"Covid plasma" : c'est le nom de cette étude clinique qui repose sur le principe d'utilisation du plasma de convalescence. Cela signifie qu'elle consiste à aller chercher, dans le plasma des personnes guéries du coronavirus, les anticorps qu'elles ont développé contre le Sars-CoV-2. Puis de réinjecter ces anticorps à des malades, dans l'espoir d'aider leur organisme à combattre le virus, de le bloquer pour éviter les complications. Au total, soixante malades sont intégrés dans cet essai mené à Paris et appuyé par l'Établissement français du sang, selon les informations de France Inter. 

Les patients concernés sont en phase précoce de la maladie. Ils ne sont pas forcément hospitalisés, mais ont été choisis en fonction de leur fragilité. Ils recevront deux injections, deux jours de suite. 

Des résultats dès deux à trois semaines

Les personnes guéries qui pourront donner leur plasma sont issues des régions les plus touchées, c'est-à-dire Grand Est, Île-de-France et Bourgogne-Franche-Comté. Il faut être guéri depuis au moins deux semaines pour avoir une quantité suffisante d'anticorps utilisables : les anticorps neutralisants, ceux qui sont recherchés dans le cas de cet essai. 

Les premiers résultats pourraient être connus très vite, d'ici deux à trois semaines seulement. S'ils étaient positifs, il faudrait être en mesure de prélever beaucoup de plasma de convalescence chez les personnes guéries : l'Établissement français du sang s'y prépare. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.