La centrale à charbon de Bouchain (Nord).
La centrale à charbon de Bouchain (Nord). © MaxPPP

Oxfam et les Amis de la Terre publient un rapport à charge contre les banques et les entreprises françaises qui continuent de financer des technologies sales à l'étranger. EDF et Engie détiennent ainsi 46 centrales à charbon dans le monde.

► ► ► CONSULTER | "Émissions d'État" : le rapport d'Oxfam et des Amis de la Terre

Le charbon est responsable de 40% des émissions mondiales de gaz carbonique. François Hollande s'est engagé à mettre fin aux subventions publiques pour la construction de centrales à l'étranger. Mais les entreprises françaises continuent de financer des projets, souligne Malika Peyrault, des Amis de la Terre.

Les 46 centrales à charbon implantées un partout dans le monde d'EDF et d'Engie émettent 151 millions de tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de la moitié des émissions de la France ou cent fois les émissions d'un pays comme le Togo.

De leur côté, depuis 2005, les banques françaises ont investi 30 milliards d'euros dans des centrales à charbon. C'est le cas à Médoupi et Kouzilé en Afrique du Sud, explique Alexandre Naulot, de l'association Oxfam.

Les banques continuent de financer le charbon en indiquant que les nouvelles techniques permettent de produire un charbon sans impact sur le changement climatique. C'est évidemment tout le contraire. Lorsqu'on regarde les centrales de Médoupi et Kouzilé, elles émettront chaque année près de 60 millions de tonnes de CO2 !

Entreprises et banques se défendent en affirmant que les centrales prévoient à l'avenir un captage et un stockage du gaz carbonique dans le sous-sol. Mais la technique n'est pas encore au point. En attendant, les centrales crachent le CO2 dans l'atmosphère.

Les centrales à charbon d'EDF
Les centrales à charbon d'EDF © Oxfam
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.