Bien que divisé sur le sujet, le gouvernement étudie la possibilité d'allonger le congé paternité. Un collectif d'entreprises s'est lui engagé à le porter à un mois minimum. À l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, faisons le point sur les entreprises et les pays qui ont fait bouger les choses.

L'allongement du congé paternité fait partie des clés permettant d'accéder à plus d'égalité entre les femmes et les hommes en entreprise. Mathieu et sa compagne Alexia, jeunes parents et salariés, en sont persuadés.
L'allongement du congé paternité fait partie des clés permettant d'accéder à plus d'égalité entre les femmes et les hommes en entreprise. Mathieu et sa compagne Alexia, jeunes parents et salariés, en sont persuadés. © Radio France / Claire Chaudière

Lorsqu'on pose la question aux organisations féministes, c'est l'une des grandes mesures plébiscitées. Devançant le gouvernement, qui réfléchit à la question mais qui reste divisé sur le sujet, un collectif d'entreprises s'est engagé à porter le congé paternité à un mois minimum, rémunéré à 100%. 

Mathieu a bénéficié d'un congé allongé. Lorsqu'il repense à l'arrivée de sa fille il y a deux ans, il confirme que les semaines qui ont suivi la naissance du bébé et qu'il a pu passer avec sa famille, ont filé à toute vitesse. "Je ne vois pas comment j'aurais fait avec 11 jours. Cela me paraît tellement court", avoue ce trentenaire salarié chez Mangopay, une société spécialisée dans les solutions de paiement en ligne. 

"Avec près de quatre semaines, auxquelles j'ai collé quelques congés traditionnels, j'ai trouvé ça confortable. Les premières semaines de la vie d'un enfant sont tellement primordiales. Ce sont des moments précieux et qui vont avoir des conséquences sur le long terme", .

Un réel impact sur la vie de famille et dans l'entreprise

Sa compagne Alexia, employée dans la même entreprise, acquiesce : "Lorsque Mathieu a repris le travail, j'étais vraiment sereine. On avait eu le temps de construire les choses ensemble et j'avais pu prendre du temps pour moi, pour réaliser ce qui nous arrivait."

"Être à deux les premières semaines, ça change tout !"

Mais les conséquences sont aussi positives pour l'entreprise, ajoute l'employeur de Mathieu et Alexia, Romain Mazeries : "Non seulement les salariés reviennent plus engagés mais ils ont à cœur de concilier vie professionnelle et vie personnelle. Ce qui rééquilibre les choses avec les salariées femmes de l'entreprise."

"Dans la foulée des congés paternité, chez nous les premiers à avoir demandé un 4/5ème sont les hommes. Tant mieux."

Mangopay fait donc partie des signataires du Parental Act, tribune dans laquelle près de 300 entreprises - dont Blablacar, Envie de Fraise ou encore Welcome to the jungle - s'engagent à porter à un mois minimum le congé du second parent à la naissance d'un enfant et jusqu'à trois mois pour certaines. Une manière également d'interpeller les pouvoirs publics sur le sujet.

Pour Céline Lazortes, à l'initiative du Parental Act, les entreprises doivent aller au delà des 11 jours prévus par la loi.
Pour Céline Lazortes, à l'initiative du Parental Act, les entreprises doivent aller au delà des 11 jours prévus par la loi. © Radio France / Claire Chaudière

Certaines entreprises freinent, d'autres accélèrent

À l'initiative de ce collectif d'entrepreneurs, Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi. Elle voit dans l'allongement du congé paternité un outil pour atteindre l'égalité : "Si vous augmentez le congé paternité, vous rendez les femmes moins seules face aux discriminations liées à la grossesse, puisque les hommes sont aussi amenés à s'absenter de l'entreprise. Ce moment clé peut avoir des répercussions sur les inégalités salariales, car les femmes perdent de l'argent, en moyenne 5 ans après l'arrivée d'un enfant. C'est évidemment la sécurité sociale qui devrait prendre en charge ce congé."

Mais du côté de certaines organisations patronales, c'est plutôt le scepticisme qui règne. "Sur le papier, c'est évidemment souhaitable. Mais comment finance-t-on un tel congé ? Et comment remplace-t-on les salariés pendant un mois dans les PME notamment ?", s'interroge un représentant des chefs d'entreprises. 

Ailleurs en Europe, un congé paternité obligatoire et/ou de plusieurs semaines

Plusieurs grands groupes ont déjà mis en place un congé paternité allongé et rémunéré à 100% : Kering par exemple, L'Oréal passé à 6 semaines depuis mars 2019, Ikéa ou encore Channel

Après avoir rendu obligatoire le congé paternité (ce qui n'est pas le cas en France) au début des années 2000, l'Espagne a récemment décidé de l'allonger de cinq à huit semaines. L'Autriche ou encore la Finlande l'ont également étendu : respectivement à 1 et 7 mois.

La question de l'allongement du congé paternité est sur le bureau des secrétaires d'Etat Adrien Taquet (en charge du dossier des "1 000 jours de l'enfant") et Marlène Schiappa qui a fait part à plusieurs reprises de sa volonté d'inscrire une telle mesure dans le projet de loi sur la place des femmes dans l'économie qu'elle porte avec le ministre Bruno Le Maire, sans pour autant l'annoncer officiellement. Et alors que ce dossier ne semble pas faire l'unanimité pour le moment au sein du gouvernement. 

#ToutesFéministes : Journée spéciale sur France Inter, vendredi 6 mars 2020, avec Konbini

Aller plus loin

LIRE - #UberCestOver, #JaiÉtéviolée, #JeDisNonChef : les derniers combats féministes en dix hashtags 

REPORTAGE - Harcèlement sexuel en entreprise : la parole libérée mais trop d'affaires encore enterrées. 

TÉMOIGNAGES - Du MLF aux FEMEN, trois générations de féministes nous racontent leurs combats

RÉCIT - Comment Jennifer a vu son allocation handicapé fondre parce qu'elle s'est mise en couple

A VOIR - "Sexe sans consentement" : céder, ce n'est pas dire oui.  Un documentaire donne la parole à des femmes qui ont vécu, souvent très  jeunes, une relation sexuelle dont elles ne voulaient pas. Illustration implacable de la culture du viol. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.