La mutuelle Malakoff Humanis publie un nouveau baromètre sur l’absentéisme en entreprise. L'un des constats de ce rapport : le nombre de salariés en arrêt de travail a augmenté de 30% entre janvier et mai 2021.

Dans une start-up parisienne, le 5 juin 2020.
Dans une start-up parisienne, le 5 juin 2020. © Maxppp / Aurelien Morissard

Le Covid-19 était la première cause d’arrêt maladie en entreprise lors du premier semestre 2021 d’après une étude publiée ce jeudi 9 septembre par la mutuelle Malakoff Humanis. 46% des arrêts entre janvier et mai 2021 sont liés au coronavirus, avec un pic atteint au mois d’avril à 52%, pour des salariés malades, cas contact ou retenu à la maison pour garder un enfant. Un second chiffre ressort de l’étude : le nombre de salariés en arrêt de travail a augmenté de 30%.

Si 34% des arrêts de travail en janvier avaient pour motif une raison personnelle, comme une opération de chirurgie, une maladie grave ou chronique, la proportion cinq mois plus tard a chuté de dix points, pour atteindre 24% en mai. La raison : la baisse des interventions chirurgicales dans les hôpitaux pour laisser la place aux patients atteints du Covid-19.

Des salariés stressés

Les autres motifs d'arrêt de travail sont "les accidents ou traumatismes (21%) et les troubles psychologiques comme les dépressions, le stress ou encore l'épuisement professionnel", peut-on lire dans l'étude. 

"35% des salariés interrogés déclarent être stressés, un quart disent être à bout de force et 14% reconnaissent avoir développé des habitudes addictives, avec une consommation de tabac et d’alcool plus fréquente."

Le manque de reconnaissance de la part de leur manager, le manque de clarté de leur rôle et de leur mission mais aussi la charge de travail sont les principales causes du mal-être des salariés et de la dégradation de leur santé mentale. D’ailleurs, 4 salariés interrogés sur 10 déplorent le manque de prise en compte de ces situations. Une tendance plus marquée pour les petites entreprises. Le sondage fait ressortir l’impact néfaste que l’épidémie de Covid-19 a sur le moral des femmes. Près de la moitié estime que la crise a un effet négatif sur leur santé mentale.

Le malaise chez les cadres

C’est dans le secteur de l’industrie et dans les entreprises de taille moyenne que les salariés ont été les plus nombreux à s’arrêter affirme la mutuelle dans son étude. Anne-Sophie Godon, directrice des services chez Malakoff Humanis retient surtout la part grandissante d’arrêt de travail chez les managers : "Ils ont depuis le début de la crise connu plusieurs phases, ils ont dû communiquer sur la situation, réorganiser le travail, écouter les collaborateurs, prendre en charge les situations de fragilités, maintenir les collectifs de travail, organiser le retour sur site." C’est un constat qu’elle avait déjà fait fin 2020 :

"On voyait les cadres être fatigués de la situation. On en voit les conséquences directes dans les arrêts de travail. Ils nous disent leur intention de recourir à un arrêt maladie, c'est assez significatif."

Enfin, au premier semestre, 8% des salariés disent avoir continué à travailler alors que leur médecin leur avait prescrit un arrêt de travail. C’est deux fois moins qu’en septembre 2020. Dans un autre baromètre diffusé cet été par le groupe d’assurance Gras Savoye Willis Tower le taux d'absentéisme des salariés a augmenté de 20% en 2020.