Plus de 6 000 personnes ont investi le centre ville de Marseille ce dimanche, déguisées et rassemblées dans un cortège joyeux et néanmoins interdit. Cette entorse soudaine aux restrictions sanitaires a provoqué la colère des autorités locales.

Masques de carnaval et masque anti-Covid détourné lors du Carnaval non autorisé dans les rues de Marseille, le 21 mars 2021
Masques de carnaval et masque anti-Covid détourné lors du Carnaval non autorisé dans les rues de Marseille, le 21 mars 2021 © Maxppp / SPEICH Frédéric

Déguisées en tournesol, en panda, en boulanger ou en sosie de Didier Raoult, environ 6.500 personnes, majoritairement jeunes et non-masquées, ont défié dimanche à Marseille les restrictions sanitaires contre la Covid-19. Un carnaval non autorisé vécu comme un "exutoire" mais jugé totalement "irresponsable" par la police et des élus, à l'image de Benoit Payan, le maire de la ville, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, ou encore la préfète de police Frédérique Camilleri.

Sur la place du Cours Julien, dans le centre de Marseille, quelques milliers de personnes au départ de ce rassemblement qui défié les règles de restrictions sanitaires (21 mars 2021)
Sur la place du Cours Julien, dans le centre de Marseille, quelques milliers de personnes au départ de ce rassemblement qui défié les règles de restrictions sanitaires (21 mars 2021) © Maxppp / Frédéric Speich
Le cortège, avec des participants majoritairement non-masqués, s'est formé sur la place Jean Jaurès (quartier dit de "La Plaine', avec son carnaval annuel du même nom) avant de s'ébranler vers la Canebière
Le cortège, avec des participants majoritairement non-masqués, s'est formé sur la place Jean Jaurès (quartier dit de "La Plaine', avec son carnaval annuel du même nom) avant de s'ébranler vers la Canebière © Maxppp / Frédéric Speich
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Partant du quartier de La Plaine, le défilé a glissé dans l'après-midi dans la rue d'Aubagne, où des habitants n'ont pas hésité à mettre des enceintes sur les rebords des fenêtres, transformant la chaussée en dance-floor géant.

Au passage du cortège, devant l'espace vide laissé par l'effondrement de deux immeubles, rue d'Aubagne (Marseille, le 21 mars 2021)
Au passage du cortège, devant l'espace vide laissé par l'effondrement de deux immeubles, rue d'Aubagne (Marseille, le 21 mars 2021) © Maxppp / SPEICH Frédéric

Les carnavaliers déchaînés sont ensuite descendus sur la Canebière où ils ont brûlé leurs traditionnels chars, certains montant sur le manège à côté en dansant sur les barres du carrousel. 

L'an dernier, le "Carnaval de la Plaine" avait été annulé en raison des restrictions sanitaires (Marseille, 21 mars 2021)
L'an dernier, le "Carnaval de la Plaine" avait été annulé en raison des restrictions sanitaires (Marseille, 21 mars 2021) © Maxppp / Frédéric Speich
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans le cortège de ce carnaval interdit, des pancartes affichent le visage de Roselyne Bachelot, ministre de la Culture
Dans le cortège de ce carnaval interdit, des pancartes affichent le visage de Roselyne Bachelot, ministre de la Culture © Maxppp / Frédéric Speich

Les forces de l'ordre sont ensuite intervenues pour disperser la manifestation, entrainant l'interpellation de 7 personnes

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les Marseillais se demandent désormais si cette entorse collective aux règles ne risque pas d'empirer la situation. Marseille n'est pas concernée par les nouvelles restrictions entrées en vigueur samedi pour au moins quatre semaines dans 16 départements dont les Alpes-Maritimes proches, mais un tel rassemblement fait craindre à certains un resserrement des restrictions au niveau local. L'année dernière, le carnaval de La Plaine avait été annulé avec le premier confinement.