Ce mardi, Margaret Keenan, 90 ans, est devenue la première patiente au monde à recevoir le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19. Le Royaume-Uni est le premier pays à lancer sa campagne de vaccination avec ce nouveau modèle. Retour en images sur cette première.

Margaret Keenan a été vaccinée ce mardi : elle est la première patiente au monde à recevoir le vaccin de Pfizer/BioNTech
Margaret Keenan a été vaccinée ce mardi : elle est la première patiente au monde à recevoir le vaccin de Pfizer/BioNTech © AFP / Jacob King

L'événement n'était pas seulement médical, il était aussi médiatique : c'est sous les caméras et les flashs des photographes que Margaret Keenan est devenue, ce mardi matin, la première personne au monde à être vaccinée avec la formule mise au point par l'alliance Pfizer/BioNTech. Cette femme de 90 ans, hospitalisée à Coventry dans le centre de l'Angleterre, a reçu la piqûre sous l'oeil des caméras du monde entier. 

Je me sens si privilégiée d'être la première personne à être vaccinée contre le Covid-19, c'est le meilleur cadeau d'anniversaire anticipé que j'aurais pu espérer.

Margaret Keenan, en interview, après avoir reçu le vaccin
Margaret Keenan, en interview, après avoir reçu le vaccin © AFP / Jacob King

Prise en charge par les infirmières de son hôpital, la patiente, qui envisage désormais de pouvoir "passer du temps avec [sa] famille et [ses] amis après avoir été seule durant une partie de l'année", a été accueillie par les soignants avec une véritable haie d'honneur après sa vaccination, comme le montrent des images tweetées par le NHS, le service public de santé. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le Royaume-Uni a été le premier pays a donner son feu vert à la vaccination avec ce nouveau médicament conçu à base d'ARN messager, une formule encore jamais utilisée pour un vaccin. Pour l'heure, ce sont les résidents et personnels des maisons de retraite qui sont prioritaires. 

Le personnel du University Hospital, à Coventry, dans lequel Margaret Keenan a été vaccinée
Le personnel du University Hospital, à Coventry, dans lequel Margaret Keenan a été vaccinée © AFP / Jacob King / Pool

Mardi matin, dans la foulée, le Premier ministre Boris Johnson, qui s'est engagé à se faire vacciner devant les caméras de télévision, a assisté à quelques vaccinations au Guy's Hospital, à Londres.

Boris Johnson avec les équipes de vaccination, mardi à Londres
Boris Johnson avec les équipes de vaccination, mardi à Londres © AFP / Frank Augstein / Pool

Pour mettre en place la vaccination des personnes prioritaires, certains centres de santé se sont munis d'isoloirs permettant de vacciner de nombreux patients à la fois.

La vaccination a lieu dans des centres médicaux qui ont bénéficié d'aménagements spécifiques, comme ici à Cardiff au Pays de Galles
La vaccination a lieu dans des centres médicaux qui ont bénéficié d'aménagements spécifiques, comme ici à Cardiff au Pays de Galles © AFP / Justin Tallis / Pool

Les soignants et personnes de plus de 80 ans seront ensuite pris en charge. Le reste de la population devra attendre 2021 pour bénéficier du vaccin. La distribution des doses sera "un marathon et pas un sprint", a déclaré le directeur médical du NHS, Stephen Powis. Le pays a dû prendre en charge la logistique de ce nouveau vaccin, qui doit être stocké à des températures extrêmement basses. 

Simon Stevens, directeur du NHS, devant les congélateurs destinés à accueillir les doses du vaccin, qui doivent rester à des températures extrêmement basses
Simon Stevens, directeur du NHS, devant les congélateurs destinés à accueillir les doses du vaccin, qui doivent rester à des températures extrêmement basses © AFP / Dominic Lipinski / POOL

L'Agence européenne du médicament doit donner d'ici à la fin décembre un avis sur ce vaccin. Aux États-Unis, où la Californie vient d'être reconfinée en raison de la résurgence de l'épidémie, l'agence du médicament rendra son avis jeudi. Et au Canada, la campagne de vaccination pourrait commencer dès la semaine prochaine.