L’écologiste Pierre Serne, ancien vice-président aux transports d'Île-de-France, s’est vu confier par le gouvernement une mission destinée à favoriser les déplacements à vélo lors du futur déconfinement. Il pourrait y avoir jusqu’à 150 km de pistes essentiellement à Paris et petite couronne.

Les vélos seront très probablement une solution pour le déconfinement
Les vélos seront très probablement une solution pour le déconfinement © AFP / AltoPress / James Hardy

Et si le vélo devenait un outil pour le déconfinement à partir du 11 mai ? Bogata, New York, Berlin, un peu partout dans le monde on voit apparaître des pistes cyclables temporaires pour circuler en temps d’épidémie. Le vélo garantit la distanciation sociale, il permet d'éviter les transports en commun et la ruée vers le tout voiture une fois le confinement levé.  

Au total, une vingtaine de communes françaises ont ou vont aménager des pistes provisoires : Rennes, Nantes, Nice, Montpellier. En Île-de-France, l’une des régions les plus touchées par l’épidémie, il pourrait y avoir jusqu’à 150 km de pistes provisoires, essentiellement à Paris et dans la petite couronne : des aménagements temporaires sur des grands axes routiers où une voie de circulation sera dédiée au vélo.    

L’écologiste Pierre Serne, ex vice-président aux transports de la région Île-de-France, président du Club des villes et territoires cyclables, s’est vu confier par le gouvernement une mission destinée à favoriser les déplacements à vélo lors du futur déconfinement d’après 11 mai.

FRANCE INTER : En quoi consistent ces aménagement provisoires destinés au vélo ?

PIERRE SERNE : "Ce sont des pistes cyclables que l'on met en place en quelques heures ou quelques jours, en prenant sur une route ou une rue, sur une voie qui était jusque-là dédiée à la circulation automobile ou plus rarement au stationnement et en installant simplement des équipements légers avec des barrières ou des plots, donc, très peu de travaux, de la peinture et des panneaux. Parce qu'il faut qu'il soit très clair qu'on est sur un espace vélo et pas voiture. 

Il s'agit vraiment de permettre une alternative aux gens qu'on ne pourra pas accueillir dans les transports en commun et qui vont devoir quand même se déplacer, si on ne veut pas que tous soient dans des voitures, ce qui doublerait, tripler le nombre d'automobiles dans les rues en terme de pollution et de bouchons." 

Les pistes cyclables existantes ne suffisent pas ?

"On attend et on souhaite qu'il y ait plus de déplacements en vélo mais à certains endroits, si on a deux fois, trois fois, quatre fois plus de cyclistes, ça ne sera pas absorbable dans l'état actuel du réseau. Soit parce qu'il n'y a pas de piste, soit parce que les pistes sont trop étroites. Donc, il faut très vite préparer des aménagements temporaires qu'on peut faire rapidement pour pouvoir accueillir en toute sécurité et confortablement ces cyclistes. 

En plus, comme il y aura pas mal de nouveaux cyclistes, il faut être encore plus carrés sur la sécurité que d'habitude. Il faut vraiment que ce soit très, très sécurisé, très clair pour savoir où sont les vélos et où les voitures, tout en faisant ça rapidement, avec des aménagements qu'on peut installer en quelques heures." 

En Île-de-France, comment avancent les projets ?

"Dans ma mission de recueil de toutes les initiatives, j'ai vu très vite qu'en Île-de-France ça foisonne d'initiatives et de volonté de faire. Ce qui est très intéressant, c'est qu'il y avait une réunion lundi matin pour voir où en étaient les huit départements de la région. Tous les départements sont favorables et ont des propositions très importantes à faire en termes d'aménagements temporaires sur les voiries départementales. Donc, c'est plutôt des axes importants. 

Rien que pour Paris et petite couronne, les trois départements 92, 93, 94, et 75, on serait autour de 150 km d'aménagements temporaires qui sortiraient dans les jours ou semaines qui viennent, ce qui est phénoménal ! 

Franchement, même les plus partisans du vélo écarquillent des yeux. Tout ça se fait en bonne intelligence, alors qu'on est sur des départements qui ont des couleurs politiques différentes. Et tout ça serait coordonné par le préfet de région qui serait amené à prendre les arrêtés qui sont nécessaires et qui le ferait très vite, sans passer par les instructions habituelles qui peuvent durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. 

Donc, tout ça se configure très, très bien et on va avoir des dizaines et des dizaines de kilomètres de d'aménagement, sachant qu'on parle d'aménagement sur les départementales et qu'il y a tout ce qui est communal qui va se connecter en plus à ça. On est parti pour des centaines de kilomètres d'aménagements temporaires en Île-de-France." 

Pensez-vous que le provisoire ait une chance de devenir définitif ?

"Des projets qui sont là depuis des années et qui étaient parfois prévus mais pour dans deux, trois, quatre ou cinq ans vont être réalisés en quelques jours, quelques semaines, ce qui est totalement inattendu, totalement inédit et qui devrait avoir un impact fort sur la pratique du vélo en général. On sait que l'aménagement cyclable crée aussi le confort et la sécurité pour les cyclistes et permet de décider de le faire en déplacement du quotidien. Je pense qu'on est en train d'assister à une sorte de révolution énorme et une accélération qui était totalement inimaginable. On est dans une période qui est totalement inédite, tout le monde du vélo est complètement ébahi. En même temps, il ne faut pas se planter parce que si on commet des erreurs, ça risque de remettre en cause le fait que le vélo soit une vraie solution de déplacement à part entière. C'est pour cela qu'on est très attentif et qu'on travaille beaucoup. 

On aimerait que le temporaire permette de voir si les intuitions qu'on avait sur les itinéraires qu'il faut aménager étaient les bons. L'avantage d'un aménagement temporaire, réalisable en quelques heures ou quelques jours, est qu'on peut le défaire et le refaire ailleurs. Et évidemment, on espère bien que dans un an, on n'aura pas défait les dizaines de kilomètres d'aménagements temporaires qui ont été réalisés. Moi, j'ai tendance à croire que si ça se passe bien et qu'on a plein de cyclistes dans ces aménagements, c'est du temporaire qui durera, qui sera pérennisé et que l'on installera sans doute en dur au fur et à mesure dans pas mal de ces endroits."

Mais il faudra donc partager l'espace entre les voitures et les vélos ?

"Les pistes cyclables seront forcément installées sur des espaces publics, des espaces de voirie préexistants, donc, qui étaient jusque-là dédiés à la voiture. Ce qu'il faut quand même avoir en tête quand on parle de ça, c'est que sur une même voie de circulation, on peut faire passer au maximum en une heure autour de 800 voitures. Au même endroit, on peut faire passer au maximum jusqu'à 7 000 vélos, en règle générale, on dit plutôt 4 fois plus de vélos que de voitures. 

Et donc, comme il y a souvent qu'une personne dans les voitures, de toute façon, ça veut dire que c'est 4 fois plus d'usagers qu'on peut faire passer sur un même espace, sur une même voirie s'ils sont en vélo et pas en voiture. Il faut bien avoir ces données à l'esprit parce qu'ici la question va être : comment on transporte des millions de gens qu'on ne fera plus voyager dans les transports en commun." 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.