Jawad Bendaoud, interviewé avant sa garde à vue
Jawad Bendaoud, interviewé avant sa garde à vue © BFMTV

Jawad Bendaoud, qui a "hébergé" plusieurs terroristes dans l'immeuble de Saint Denis pris d'assaut le 18 novembre, a été déféré au parquet de Paris. Il doit être ensuite présenté à un juge d'instruction antiterroriste.

Jawad Bendaoud a passé six jours en garde à vue, une durée exceptionnelle . Le caïd a été arrété par la police après l'assaut mené dans un immeuble de Saint-Denis le 18 novembre. Il donnait une interview à BFMTV en tant que "logeur" des appartements visés affirmant ne pas avoir su que c'était des terroristes.

On m'a demandé de rendre service avait-il déclaré sur BFMTV, alors j'ai rendu service. Si j'avais su que c'était des terroristes, vous croyez que je les aurais hébergés?

Jawad Bendaoud aurait fourni un logement à Abdelhamid Abaaoud et à sa "cousine" Hasna Ait Boulahcen, tous deux morts dans l'assaut des forces de l'ordre.

Juste après son interview, Jawad Bendaoud était emmené par un policier.

Un caïd au lourd casier judiciaire

Jawad Bendaoud est connu dans tout le quartier du Corbillon à Saint-Denis. Certains le décrivent comme un marchand de sommeil, louant sous le manteau des chambres et appartements insalubres dont il n'est pas propriétaire. D'autres savent surtout qu'il a été condamné à huit ans de prison pour coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner. En 2008, il a en effet tué son meilleur ami, alors agé de 16 ans, à la suite d'une altercation pour un téléphone portable. Il est sorti de prison en septembre 2013. Son casier laisse apparaitre également une condamnation pour violences conjugales et une autre pour trafic de stupéfiants.

Fils d'un père sans emploi et d'une ancienne assistante maternelle ayant perdu son agrément, Jawad Bendaoud est le troisième d'une fratrie de cinq.

Le logeur devenu une tête de turc sur le net

Dès le lendemain de son interpellation, Jawad Bendaoud est devenu un exhutoire sur internet. De nombreux internautes ont moqué sa naîveté et sa langue bien pendue devant la caméra de BFMTV. Certains ont créé des comptes Twitter à son effigie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.