Un rapport remis mardi au gouvernement dresse un constat alarmant sur la prostitution des mineur·e·s en France : entre 7 000 et 10 000 enfants et adolescents seraient concernés. Le développement du proxénétisme sur les réseaux sociaux permettrait à de plus en plus de jeunes d'y accéder.

La prostitution de mineurs concerne principalement des jeunes filles de 15 à 17 ans.
La prostitution de mineurs concerne principalement des jeunes filles de 15 à 17 ans. © AFP / BORIS ROESSLER / DPA

Le nombre de mineur·e·s victimes de proxénétisme n'a cessé d'augmenter en France : le service statistique ministériel de la sécurité intérieure a recensé une hausse de 70 % en cinq ans. Le secteur associatif, lui, comptabilise entre 7 000 et 10 000 jeunes se prostituant. Ces chiffres préoccupants sont mis en avant dans un rapport du groupe de travail sur la prostitution des mineur·e·s. Ce dossier a été remis, ce mardi, au secrétaire d'État à la Protection de l'enfance, Adrien Taquet. Celui-ci a annoncé un plan national pour lutter contre cette pratique pour l'automne 2021.

Principalement de jeunes adolescentes "vulnérables"

Selon ce rapport, les victimes de proxénétisme sont majoritairement des jeunes filles de 15 à 17 ans. L'association d'aide aux prostitué·e·s l'Amicale du Nid 95 n'accompagnent, par exemple, que 10% de garçons. Ces mineur·e·s sont généralement issus de milieux défavorisés. Ainsi, sur les 113 signalements comptabilisés par le parquet de Bobigny l'année dernière, plus de deux tiers d'entre eux concernaient des jeunes originaires de Seine-Saint-Denis, et notamment des villes touchées par la pauvreté.

Le groupe de travail relève aussi la "vulnérabilité" des jeunes victimes, souvent en situation de rupture familiale. Entre 40% et 49% des mineur·e·s disent avoir subi des violences pendant leur enfance, notamment familiales et/ou sexuelles, avant de se prostituer. Selon Arthur Melon, secrétaire général de l'association Agir contre la prostitution des enfants (ACPE), “des circonstances particulières accroissent la potentialité de basculer dans la prostitution : une rupture familiale, une période d'errance (fugue ou rejet de la cellule familiale) ou une addiction (alcool, drogues)."

Les mineur·e·s étranger·e·s, parfois isolé·e·s, sont également nombreux à avoir recours à la prostitution. Souvent très vulnérables, les trafiquants de migrants les poussent à cette pratique "comme moyen de remboursement du coût du voyage", révèle la Fondation Scelles. Leur prise en charge est d'autant plus compliquée qu'ils leur fournissent de faux passeports ou leur demandent de mentir sur leur âge.

Une organisation par les réseaux (sociaux)

Suite à la pandémie et aux confinements, la prostitution sur la voie publique recule. C'est par les réseaux sociaux ou les sites d'annonces que les prostitué·e·s sont mis en relation avec leurs clients. Les proxénètes utilisent également ces outils pour recruter des jeunes de 14 à 25 ans.  Le numérique permet aux mineur·e·s "de s'initier à des comportements pré-prostitutionnels, n'impliquant pas des contacts physiques avec les clients" comme l'envoi de photos dénudées, ajoute Arthur Melon de l'ACPE.

Internet permet également de réserver des chambres d'hôtel mais surtout des Airbnb, qui sont moins facilement traçables. La procureure de la République d'Évry note ainsi une "professionnalisation des réseaux de proxénétisme de mineurs" dans son département. Avec des techniques similaires à celles du trafic de stupéfiants, la prostitution de mineur·e·s est de plus en plus structurée et hiérarchisée, s'inquiète le rapport.

Du côté des mineur·e·s, des difficultés à se reconnaître victimes

Ces mineur·e·s ne reconnaissent pas forcément être victimes du proxénétisme. La procureure de la République d'Évry l'explique ainsi : "ces jeunes [filles] sont en effet généralement attirées par l'appât du gain et banalisent les relations sexuelles tarifées auxquelles elles se prêtent. Elles considèrent les jeunes hommes participant à leur activité (réservant les lieux de prostitution, publiant leurs annonces, les surveillant pendant les actes sexuels, mais aussi récupérant un pourcentage des gains) comme des 'collaborateurs' ou des 'protecteurs'."

Une étude du département du Nord de 2021 montre qu'un mineur prostitué sur deux reconnaît des aspects positifs à la prostitution. L'autonomie financière, principalement, mais aussi le besoin d'affection, le sentiment de reprendre le contrôle sur sa vie, d'appartenir à un groupe ou d'être considéré comme un adulte sont les arguments avancés par ces jeunes.

Un plan de lutte du gouvernement 

Face à ces constats alarmants, le rapport du groupe de travail préconise une meilleure formation des acteurs de la lutte contre la prostitution, ainsi qu'une meilleure coordination entre eux au niveau local. "L’enjeu de la prise en charge réside dans la capacité à proposer des réponses à la fois dans l’urgence et dans la durée" résumé le dossier. Les experts proposent de travailler sur la "prise en charge médicale tant physique que psychique" de ces jeunes, ainsi que sur "l'accès à l'hébergement" en évitant de les placer "plusieurs nuits en foyer d'urgence ou en hôtel", où leurs proxénètes "les retrouvent systématiquement".

Avec le développement de la prostitution sur les réseaux sociaux, le rapport réclame plus de moyens pour la police. Cela permettrait notamment à des officiers de réaliser des enquêtes sous pseudonymes sur Internet. De plus, le groupe de travail réclame des campagnes de prévention à destination des jeunes mais aussi des parents.