La popularité du compte Instagram "les.caracteres" a explosé depuis le début du confinement. La comédienne Lison Daniel y brosse une satire hilarante de personnalités de la vie de tous les jours. Elle se livre sur l'écriture, le succès et - spoiler - l'avenir possible de certains personnages...

Sur son compte les.caracteres, Lison Daniel parodie avec une énergie jubilatoire des personnalités tête à claque.
Sur son compte les.caracteres, Lison Daniel parodie avec une énergie jubilatoire des personnalités tête à claque. © Capture d'écran les.caractères

Quel est le point commun entre Rebecca, responsable marketing tête à claques qui se rêve actrice, et Jérôme, coach sportif lubrique qui mate ses élèves sur Skype ? Pas grand chose, sans doute. Si ce n’est Lison Daniel, dont le compte Instagram les.caractères connaît un succès fulgurant — l’expression n’est ici pas galvaudée — depuis le début du confinement. 112.000 abonnés et une galerie de personnages parodiques redoutablement bien écrits, interprétés au cordeau derrière des filtres déformants par la comédienne de 27 ans.

Les.caracteres, compte créé en 2017 par Lison et sa cousine Laura, nommé d'après l'oeuvre éponyme de La Bruyère, connaissait déjà un certain engouement avant l'épidémie. Mais c'est Isabelle, caricature de grande bourgeoise parisienne exilée à "Saint-Lu" en bord de mer, qui a couronné Lison Daniel reine de l'humour confiné. 

Pourtant, la comédienne ne la trouvait de son aveu "pas terrible" : "Je me disais qu’elle n’était pas top top, Isabelle. Je ne la trouvais pas très originale, je m’attendais à un bide." Mais vient un tweet. Puis un re-tweet et des re-re-tweets, "notamment des gens comme le prof de philo Raphaël Enthoven." Sans oublier une conjoncture favorable, "timing hyper précis où Leïla Slimani venait de publier son journal du confinement à la campagne" (journal moqué par certains sur les réseaux sociaux). Résultat : une vidéo à plus de 200.000 vues où Isabelle, bouche difforme et foulard noué autour du cou, se lamente de la "cote d'Émeraude en mars" qui lui "fout un cafard dingue"

Ce qui frappe dans ces vidéos parodiques, en plus de l'interprétation habitée de celle qui a suivi des cours au conservatoire du Ve arrondissement de Paris et à la Fonact (une école d'acteurs), c'est la justesse et la finesse de l'écriture. Le psychanalyste Yvan qui évoque Lacan, Rebecca qui parle de "benchmark"... Comment Lison Daniel s'y prend-elle pour être si précise dans ses caractérisations ? "J’adore écouter les gens, leur façon de parler", explique-t-elle, tout simplement. _"C’est un plaisir d’écouter le vocabulaire fleuri ou jargonneux des gens. Je les écoute aux terrasses de café, dans le métro, aux soirées…"  Puis, parfois "un tour sur Google"_ pour le lexique qu'elle maîtrise un peu moins, et le tour est joué. 

"Tout part du personnage"

"Tout part du personnage. Je me dis 'aujourd’hui, je vais faire qui ? Allez Julien, qu’est-ce qui peut lui arriver ? Tiens, il a envie d’aller en boîte", détaille celle qui, comme le personnage de Julien, est Marseillaise d'origine. Lison ouvre alors l'application Google Keep, qui lui permet de prendre des notes. "Là, j’écris. J’en ai fait tellement que je sais exactement la taille du texte pour que la vidéo fasse une minute." L'écriture peut prendre cinq minutes, parfois trente, parfois même quand ça ne marche pas Lison "abandonne au milieu"

Puis, vient le moment de passer devant la caméra du smartphone : "Je fais quasiment du one shot, ça prend 20 minutes en général. Après je monte sur l'appli iMovie, toujours sur mon téléphone." Et c'est bon : Rebecca et Isabelle sont prêtes à déverser leurs lamentations et pensées existentielles sur Instagram. Sans oublier le coach sportif Jérôme, qui lui veut, plus prosaïquement, que Samira ajuste sa webcam pour voir "comment elle positionne son bassin"

Filtrer les propositions

Son nouveau statut de star Instagram, Lison le prend avec beaucoup de recul, en prenant garde à ne pas s'appliquer comme à certains personnages le filtre grosse tête : "J’essaie d'avoir de la distance car je sais aussi que je viens remplir une case qui était vide. Je le prends comme un truc très chouette, mais je fais attention à ne pas trop y donner d’importance parce que ça va s’arrêter."

Je le vis un peu comme une blague, comme un truc sympa !"

Mais forcément, qui dit succès fulgurant dit propositions qui fusent, non ? "Pour l'instant je poursuis mes projets en cours. J’ai beaucoup de coups de fil avec des producteurs qui viennent checker si je n’ai pas d’idées à leur vendre, ça part en brainstorming parfois un peu vain", constate Lison, qui fait "hyper attention" à ne pas dire oui à toutes les invitations. "Par exemple, on m’a proposé d'être chroniqueuse dans des émissions télé, mais je n’ai pas particulièrement envie de montrer ma tronche partout..."

Ça permet de montrer d’autres facettes de moi"

Ce compte Instagram est aussi l'occasion de découvrir une comédienne versatile : "Au début quand je passais des castings, j’étais toujours vue comme la meuf copine gentille, douce, petite blonde un peu évaporée, comme j’ai une énergie assez discrète dans la vie", confie Lison. "Maintenant, quand on m’appelle pour jouer des trucs, on a déjà confiance en mon potentiel comique."

"C'est hyper important pour moi que Rebecca reste une connasse"

Pour ceux qui suivent assidûment les.caracteres, France Inter a posé les questions cruciales. Rebecca, la responsable marketing, réussira-t-elle à devenir actrice, malgré son manque d'empathie ? "C’est hyper important pour moi que Rebecca reste une connasse. Très vite elle va passer un casting, ce sera l’enfer, puis elle reviendra à sa vie de bureau", prédit la comédienne, même si rien n'est gravé dans le marbre. 

Question encore plus brûlante, qui tient en haleine ses 100.000 abonnés : Adelaïde, jeune fille naïve confinée avec son compagnon qu'elle ne supporte plus, connaîtra-t-elle une romance avec son traiteur italien ? "J’ai bien envie de faire taire ceux qui ne croient pas à une histoire d’amour. En plus je crois qu’on a besoin de petites histoires qui font du bien en ce moment. Ça me ferait plaisir qu'elle se tape le traiteur italien dans l’arrière-boutique." Lison Daniel sait parler à ses fans.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.