Souvent, elle passe inaperçue, cette expression "et en même temps" dans les médias. Tout simplement parce qu’on l’emploie beaucoup aussi dans le langage courant. Vous croisez Nicolas Demorand le matin. "Salut Nico, comment ça va ?" "Ça va bien je te remercie... et en même temps je suis crevé !" "Ben mince alors, tu veux que je te presse une orange ?" "Non c’est gentil ça ira... et en même temps c’est vrai que ça me dépannerait !" La formule marque donc l’hésitation. On va bien... "et en même temps" pas si bien que ça. On veut ceci... "et en même temps" cela. Comme les gosses devant des gâteaux dans une pâtisserie. "J’aimerais le millefeuille... et en même temps l’éclair au café... et en même temps le chou à la crème... et en même temps le macaron à la pistache !" Et pourquoi pas, en plus, le tablier de la vendeuse ! Or donc, si l’on écoute comme on nous parle, on constate que des journalistes s’expriment exactement comme les gosses devant des gâteaux. Ils n’arrivent pas vraiment à choisir ce qu’ils veulent dire. Parfois ça ne pose aucun problème. La tournure permet, très sérieusement, de souligner la complexité des choses ou alors elle sert uniquement à juxtaposer des phénomènes simultanés. "Pour avoir l’air plus sérieux, Jean Sarkozy a coupé ses cheveux... et en même temps il a mis des lunettes". Rien à redire, ça fonctionne. "Flavie Flament va quitter TF1... et en même temps elle a pris trois kilos... et en même temps on s’en fiche totalement" - ça fonctionne également. En revanche, là où ça fait bizarre, c’est quand l’expression sert de liaison entre des idées totalement contradictoires. Par exemple en économie : "On voit venir le bout de la crise... et en même temps elle est très loin d’être finie !" Génial, ça nous avance. Exemple aussi pour la culture. Vous devez donner votre avis sur une nouveauté, mais vous ne savez pas quoi raconter. Pas envie d’être trop élogieux, ni trop critique non plus, faudrait pas vexer les artistes, prenez donc un ton très inspiré et dîtes "et en même temps" ! "Le dernier disque de Renaud est insupportable à écouter, il chante encore plus mal qu’avant... et en même temps c’est un bonheur pour les oreilles !" "Le dernier bouquin de BHL, on ne comprend vraiment rien... et en même temps on apprend des choses !" "Le premier film de Fanny Ardant est complètement raté... et en même temps ce n’est pas inintéressant ! Il est d’une grande noirceur... et en même temps très lumineux. Extrêmement triste... et en même temps on rit du début à la fin !" Il est formidable, ce gimmick : il permet de dire tout et son contraire dans la même phrase - bref, il permet de dire n’importe quoi, en ayant de surcroît, l’air très intelligent ! "Et en même temps", c’est vrai que c’est super bon, les macarons à la pistache. Chronique (Gimmick) du 03/12/09 dans "Comme on nous parle"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.