La langue des signes
La langue des signes © Christophe Morin / IP3 / Christophe Morin / IP3

Deux équipes de scientifiques, basées à Harvard aux États-Unis et Lausanne en Suisse viennent de réussir ensemble à "réparer" un gène déficient chez des souris sourdes.

Les chercheurs ont travaillé sur des souris dont la surdité est héréditaire à cause d'un gène, le TMC 1, qui est défaillant. Bernard Schneider a mené les travaux de l'équipe suisse :

L'idée était de développerun vecteur vital afin d'apporter un gène fonctionnel qui puisse remplacer le gène déficient chez ces souris là.

C'est ce qu'on appelle la thérapie génique. Créé et injecté des gènes réparateurs, inoculé dans l'oreille interne des souris, ce TMC1 parfait leur a permis de récupérer une partie de l'ouïe. L'enjeu maintenant, c'est la transposition de cette technique à l'homme possible chez certains enfants, juste avant qu'ils ne perdent l'ouïe :

Ce sont des gens qui sont sourds de naissance, c'est une fraction des gens qui sont sourds de naissance. On parle de 4 à 8% des patients. En revanche, des approches similaires peuvent être envisagées pour d'autres gènes. Il y a d'ailleurs actuellement en cours aux États-Unis un effet clinique de thérapie génique qui est aussi applicable à des cas de surdité.

Améliorés, ces gènes réparateurs pourraient être injectés à des enfants d'ici 5 à 10 ans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.