A cinquante jours des élections européennes, deux sondages confirment coup sur coup que prés de sept électeurs sur dix n'ont pas l'intention de se rendre aux urnes le 7 juin. Etonnant? Pas vraiment. Dans la mesure où en France, les représentants politiques et les médias se fichent royalement de savoir ce qui se passe à Strasbourg et Bruxelles il est normal que les électeurs réagissent ainsi. Tenez, je prends d'ailleurs le pari qu'une nouvelle fois la campagne des européennes sera analysée, décortiquée sous le prisme national.Je vois d'ici les questions qui seront posées lors de la soirée électorale du 7 juin: S'agit il d'un scrutin anti-sarko? Quel est le résultat du postier de Neuilly? Quel est le résultat du PS? du Modem? Parions qu'au soir du 7 juin, nos meilleurs analystes politiques construirons déjà des échafaudages futuristes pour lancer la présidentielle de 2012. Mais des explications sur l'importance du rôle joué désormais par les nouveaux élus européens,il n'y en aura sans doute pas. Rien pour pour comprendre la non existence des élus français au Parlement européen dont les pouvoirs sont pourtants aujourd'hui beaucoup plus importants que ceux de notre Assemblée Nationale. Rien pour expliquer qu'a Strabourg et Bruxelles, il existe désormais un vrai lieu d'échange démocratique entre toutes les formations représentées et où la procédure de co-décision permet aux élus d'exercer un vrai contre pouvoir aux initiatives de la Commission et des gouvernements. Il paraît que les élus du Palais Bourbon ne veulent pas être des godillots du gouvernement Fillon et de Nicolas Sarkozy! Messieurs je n'ai qu'une chose à vous dire: prenez le premier Thalys pour Bruxelles et allez voir comment fonctionne une véritable enceinte démocratique avec de vrais pouvoirs!C'est la meilleure des initiatives à prendre pour expliquer ensuite à vos électeurs l'importance du vote du 7 juin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.