Nacim, à la rue  avec sa mère de 58 ans depuis une semaine et qui conserve dans son dossier la circulaire de Cécile Duflot
Nacim, à la rue avec sa mère de 58 ans depuis une semaine et qui conserve dans son dossier la circulaire de Cécile Duflot © Anthony Raimbault

Des familles reconnues prioritaires au droit au logement opposable continuent d'être expulsés, sans aucune proposition de relogement, pas même d'hébergement écrit la Fondation qui dénonce le fait que la loi ne soit pas respectée

Les expulsions locatives s'effectuent traditionnellement à un rythme nettement plus soutenu en été que le reste de l'année, notamment à cause de la trève hivernale.

Août est donc un mois "de forte activité, en particulier pour les expulsions les plus scandaleuses, les plus inacceptables" , écrit l'association dans un communiqué.

La Fondation Abbé Pierre affirme que des familles reconnues prioritaires au droit au logement opposable sont mises à la rue.

Pourtant, en octobre dernier, Cécile Duflot, la ministre du Logement, avait signé une circulaire pour suspendre les expulsions pour ces locataires prioritaires si aucune proposition de relogement ne leur était faite.

La fondation dénonce également le fait que les préfets accordent le concours de la force publique "contrairement aux engagements gouvernementaux, au respect de la loi, aux circulaires ministérielles qui devraient s'imposer à cette même administration".

80.000 familles sont prioritaires au DALO en France. Une loi relativement bien appliquée en région, sauf dans les grandes agglomération comme Nice et Marseille, et à Paris

Pour la Fondation Abbé Pierre :

Visiblement dans ce domaine le changement n'est pas pour maintenant

Selon la Fondation Abbé Pierre, certaines familles sont expulsées alors qu'elle n’ont pas de dette et paient régulièrement leur loyer. C'est le cas de cette famille qui se croyait à l’abri grâce au DALO. Le bail du logement a été résilié et depuis quelques jours une mère et son fils sont à la rue.

Le reportage d'Anthony Raimbault

Début juillet, dans un contexte de crise économique durable, les associations d'aide aux sans-abri et aux mal-logés avaient demandé un moratoire sur les expulsions, craignant qu'elles ne fassent "basculer à la rue" les personnes ou familles expulsées.

La Fondation Abbé Pierre a décidé de "pousser un coup de gueule pour faire réagir"

Pour Patrick Doutreligne, le délégué général de la Fondation, "on est en train de régresser".

Autant le gouvernement précédent nous écoutait attentivement mais nous rétorquait toujours qu'il ne pouvait rien changer, que c'était la règle du marché. Autant ce gouvernement a dit qu’il faut d'abord respecter l'homme, quitte à modifier le droit. C'est un discours qui nous a plu, à condition qu'il soit appliqué.

La Fondation demande au gouvernement de faire un rappel de la loi aux Préfets et de leur interdire d’expulser des gens reconnus prioritaires.

Patrick Doutreligne, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, avec Anthony Raimbault

La réponse ce matin de Cécile Duflot

La ministre du Logement, invitée de France Inter ce matin, l’assure : elle va "faire tout le clair" sur des cas d'expulsions locatives dénoncés par la Fondation Abbé Pierre, en vue "d'y remédier".

"Nous allons faire tout le clair sur cette situation pour identifier précisément ce qui s'est passé", a assuré la ministre écologiste qui reconnaît que "visiblement il y a eu peut-être un dysfonctionnement" auquel "nous ferons en sorte" de "remédier".

"Nous avons identifié quatre cas à ce stade dont un seul cas d'expulsion à qui il a été immédiatement proposé dès hier soir un hébergement", a précisé Cécile Duflot qui a rappelé que "les gens qui sont reconnus prioritaires par la loi ne peuvent pas être expulsés" et que "la circulaire doit s'appliquer pleinement".

Cécile Duflotinvitée de Bruno Duvic

La ministre a rappelé que "9.000 nouvelles places d'hébergement" vont être créées dès cette année pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale.

Mots-clés :
Derniers Articles
Culture
Aubergines brûlées et tahini
29 juin 2017
Culture
Tziziki
29 juin 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.