Le 4 février 2019, Facebook fête ses 15 ans. En 2004, Mark Zuckerberg n’imaginait certainement pas avoir entre les mains ce qui est aujourd’hui le plus connu (et le plus utilisé) des réseaux sociaux. Désormais “ado”, Facebook a beaucoup évolué depuis sa naissance.

Une photo de l'application Facebook sur smartphone.
Une photo de l'application Facebook sur smartphone. © Maxppp /

C’était le 4 février 2004, la première mise en ligne de Facebook. À l’époque, le réseau social qui fête ce lundi son 15e anniversaire, n’était qu’une plateforme pour mettre en contact les étudiants de quelques universités américaines. Aujourd’hui, le site n’est autre que le réseau social le plus connu et le plus utilisé au monde, avec 2,3 milliards d'usagers mensuels actifs recensés fin décembre, 55 milliards de chiffre d’affaire dont 98 % qui vient de la publicité.  Fenêtre d’expression, espace de réactions à outrance et vitrine de votre vie, Facebook évolue sans cesse. Au delà de la forme, retour sur les changements majeurs de la plateforme. 

2005, juste “Facebook”

D’abord simple annuaire universitaire, Facebook se transforme vite en réseau social avec la création de groupes et l’enrichissement des pages personnelles de profil. Un an après sa création, “The Facebook” simplifie son nom en devenant juste...  “Facebook”. 

2006, lancement du fil d’actualité

C’est, encore aujourd’hui, l’un des éléments essentiel et primordial du réseau social. Les publications des autres, les commentaires et l’actualité du jour. Écran le plus consulté sur site et de l’application, c’est en 2006 avec son apparition que Facebook s’ouvre à tous et plus simplement aux étudiants

Novembre 2007, les pages et la publicité  

Depuis 2007, Facebook propose aux utilisateurs de créer des pages. Elles servent aux causes, aux entreprises, aux marques. Et c’est aussi, par la même occasion, un moyen de s’ouvrir à la publicité. Désormais, le réseau monétise ses espaces. En 2018, quasiment l’intégralité des revenus de Facebook provenaient des annonces publicitaires qui s’affichent sur nos écrans ; publicité étendue ces derniers mois aux stories et à la partie vidéo de l’application Facebook Watch, comme chez le cousin Instagram. Encore aujourd’hui, le service est gratuit grâce à la publicité, ciblée finement au travers des données personnelles collectées et moulinées par les algorithmes de Facebook. 

2007, “j’aime” !

C’est en novembre 2017 que Facebook commence à demander l’avis des utilisateurs sur les publications de leurs amis et connaissances. Un pouce en l’air en guise d’approbation ou une croix pour faire disparaitre un message. 

Mars 2008, la version française

Avec aujourd’hui plus d’une centaine de traductions, Facebook a d’abord été disponible en anglais, puis espagnol et allemand. La version française a été mise en ligne en mars 2008

Avril 2008, la première appli sur iPhone 

Un an après son arrivée sur mobile, avec une version adaptée aux petits écrans, Facebook créé une application spécifique pour les iPhones d’Apple. C’est certainement l’un des moments clés de l’histoire du réseau social que l’on peut désormais consulter tout le temps, n’importe où, l'avoir dans la poche

Juillet 2008, MSN est mort, vive Messenger 

C’est incontestablement Facebook qui a tué les vieilles messageries instantanées comme le fidèle mais un peu âgé MSN, outil de discussion de Microsoft. En 2008, Zuckerberg lance le chat de Facebook qui deviendra plus tard Facebook Messenger et permettra, dès 2011, de passer des appels. 

2010, fuyez : vous êtes traqués

Facebook n’a pas seulement mis à terre MSN ou Myspace : avec Facebook Places, en 2010, le réseau de Zuckerberg propose à ses utilisateurs de dire précisément où ils se trouvent, avec leur smartphone. La fonctionnalité, inspirée de Foursquare, est rapidement intégrée à l’application, généralisée à tous les utilisateurs qui peuvent géolocaliser leurs photos, statuts ou messages. 

2015, le “Safety check”

C’est en 2015 que Facebook propose à ses utilisateurs de signaler s’ils sont en danger ou bien sains et saufs. Le “Safety check” permet, lorsque l’on est dans une situation de danger, de rassurer ses amis et ses proches. Utilisé pour la première fois en avril 2015 lors du séisme au Népal, la fonction apparaît en France lors des attentats du 13-Novembre. 

2016, les boutons de réactions 

En janvier 2016, Facebook bouleverse l’un de ses piliers. Fini le simple “J’aime”. Toujours pas de “J’aime pas” mais cinq nouveaux boutons de réactions, avec des émojis en guise d’îcones, qui permettent aux utilisateurs de choisir entre “J’adore”, “Haha”, “Wouah”, “Triste”, “Grrr” et “Merci !”. 

2018, Facebook Live fête ses deux ans

Au cœur de l’actualité fin 2018, Facebook Live fête ses deux années d'existence. Un moyen pour les utilisateurs du réseau social de se sentir vidéastes ou presque journalistes. Et une fonctionnalité qui prend une dimension nouvelle avec les “gilets jaunes” en France, par exemple : c’est via ce format de flux vidéo filmé en direct avec le téléphone portable que beaucoup de leaders du mouvement ont pu s’exprimer, en dehors des médias traditionnels.

2019, lutter contre les “fausses nouvelles” et la récupération politique ?

De quoi sera donc fait l’avenir de Facebook ? Moins d’innovations, véritable empire détenant les applications les plus populaires du monde (Instagram, Messenger et WhatsApp), le bébé de Mark Zuckerberg sont vivement confrontés à la question des données personnelles et des fausses nouvelles. Sur ce dernier point, le réseau social s’est par exemple récemment engagé avec la rubrique Checknews du quotidien Libération ou l'Agence France Presse pour proposer dans son fil d’actualité des informations vérifiées. Facebook indique aussi à ses utilisateurs les médias de confiance avec un niveau de fiabilité. Des efforts menés par Facebook pour contrer les tentatives de manipulation de l'opinion via de faux comptes, après avoir été accusé d'avoir contribué à une campagne financée par la Russie pour influencer les élections américaines de 2016.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.