Les murs de Facebook se sont encore remplis de photos d'enfants pendant les dernières vacances. Les parents se rendent-ils compte des risques encourus ?

Facebook met en place un guide pour les parents
Facebook met en place un guide pour les parents © Capture d'écran e-enfance.org

Voici toutes les raisons de ne pas livrer l'image de vos enfants en place publique.

Le droit à l'image est aussi un droit exercé par les enfants

Le droit à l’image appartient à l’enfant, il est co-géré par ses parents.

Pour Justine Atlan, directrice de l'association e-enfance, "Il est difficile de dire aux parents qu'ils commettent une faute en postant les photos de leurs enfants ou de leurs adolescents sur Facebook. Mais ils doivent savoir qu'ils construisent une e-réputation à leurs enfants, sans leur accord finalement. Par ailleurs rappelons que les enfants ne sont pas des prolongements des parents, ce ne sont pas des objets de valorisation des parents."

L’enfant a donc son mot à dire quand il est enfant, et plus tard quand il sera adulte.

En France, on risque un an de prison et 45.000 euros pour la publication d'une photo d'une personne sans son accord. Un mineur, accompagné d'un adulte, peut se retourner contre un adulte qui publie des photos de lui sans son autorisation.

Dans les couples séparés, les parents doivent se demander mutuellement le droit de publier l'image de leur enfant. Récemment, un homme a poursuivi son ex-femme et la justice a obligée celle-ci à fermer le compte Facebook de sa fille de 8 ans.

Les enfants peuvent donc se retourner contre leurs parents pour des photos postées alors qu’elles les rendent ridicules par exemple.

Les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain. Il y aura sûrement des cas de mécontents à l'avenir. A priori il sera difficile d'imposer aux parents le retrait des photos, car il faudrait apporter la preuve que l’enfant avait manifesté son refus de publication.

Toutefois la loi pour une République numérique votée en France améliore les conditions du droit à l'oubli et au déréférencement.

Par ailleurs, cette loi permet aux mineurs d’obtenir plus rapidement la mise en œuvre du droit à l’oubli numérique.

La récupération des images

  • A des fins de publicité

On oublie aussi en partageant ses souvenirs sur Facebook que les photos deviennent la propriété du réseau social. Il peut donc les monnayer à des fins publicitaires.

Ainsi les photos d'enfants peuvent se retrouver dans des montages photos ou vidéos pour vanter les avantages d'une marque.

De surcroît en postant ces photos, les familles en disent beaucoup sur elles. Le nombre d'enfants, l'équipement mobilier de la maison, les lieux de vacances, c'est à dire tous les choix de consommation qui détermineront les envois de publicités ciblées.

  • Par les prédateurs

Le danger le plus important est la récupération de ces images à des fins pédopornographiques.

Justine Atlan, pour e-enfance, rappelle que "les images d'adolescentes en maillot de bains, des petits nus dans la baignoire par exemple, peuvent être récupérées et postées sur des sites à des fins d'excitation sexuelles. Les parents n'ont aucune envie de savoir que des adultes se masturbent sur la photo de leurs enfants et doivent savoir que malgré les paramétrages que l'on indique à Facebook, quand on poste une image elle nous échappe".

Désormais Facebook met en garde

Facebook vient de mettre en ligne un guide de démarrage à l'usage des parents dont l'ado vient d'ouvrir son compte. Il y rappelle quelques règles de prudence.

"Ce n'est pas faux cul, explique Justine Atlan, car Facebook fait vraiment des efforts dans ce domaine. Ils sont assez mûrs sur les dérives et perversion du système, ce portail est bien fait et est clair mais en fait il n'est pas visible. Peu de gens ont des chances de tomber dessus. Par ailleurs, c'est ambivalent de poster des images sur Facebook en espérant qu'elles ne soient pas diffusées. Donc il faut le savoir, les images qui relèvent de la vie privée n'ont pas être sur Facebook, Zuckerberg le rappelle lui-même."

ALLER PLUS LOIN

Le site Educnum.fr

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.