Trois degrés de bromance
Trois degrés de bromance ©

Une étude publiée par le réseau social remet en cause une vieille croyance, celle des "six degrés de séparation" maximum entre un être humain et n'importe lequel de ses homologues sur la planète. Nous sommes en fait tous bien plus proches que nous le pensons.

Qu'ils soient philosophes, poètes ou mêmes scienfiques, beaucoup ont estimé ou carrément calculé notre proximité avec les autres humains. La règle communément admise, c'est celle des "six degrés de séparation" : je connais forcément quelqu'un, qui connaît quelqu'un, qui connaît quelqu'un... qui lui-même connaît, au choix, le président des États-Unis, Mark Zuckerberg, Fidel Castro, le dalaï-lama ou Anne Hathaway.

Le tout en six étapes au maximum... En tout cas c'est ce qu'on pensait.

Sauf que selon cinq chercheurs de Facebook, ce chiffre s'est considérablement réduit à l'ère d'Internet . En réalisant une analyse statistique sur ses utilisateurs (qui sont aujourd'hui 1,6 milliards , rappelons-le), ils ont découvert qu'en moyenne, l'éloignement entre deux personnes ne dépasse jamais cinq degrés de séparation . Mieux : il n'y a le plus souvent que trois à quatre degrés de séparation entre vous et n'importe qui d'autre .

Il ne me faudrait par exemple contacter que trois personnes successives pour arriver au patron de Facebook.

Trois degrés de séparation avec Mark, rep a sa
Trois degrés de séparation avec Mark, rep a sa ©

► ► ►SUR LE WEB | Lire l'étude complète sur le blog de recherche de Facebook (en anglais)

Bref, sans le savoir, vous êtes sans doute sans le savoir voisin du collègue du frère d'un ami de votre personnalité préférée . De quoi illuminer votre journée ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.