Dans son bilan des usages d'Internet de l'année 2020, Médiamétrie montre que notre quotidien s'est numérisé, avec des temps passés sur Internet accrus. La consultation des réseaux sociaux reste stable, et Facebook continue de mener la danse.

Marck Zuckerberg en février 2020 en marge d'une réunion à la Commission européenne à Bruxelles
Marck Zuckerberg en février 2020 en marge d'une réunion à la Commission européenne à Bruxelles © AFP / Kenzo TRIBOUILLARD

Huit Français sur dix visitent les messageries et réseaux sociaux chaque mois. Les messageries et réseaux sociaux voient passer 49,1 millions de visiteurs uniques en France, chaque mois. C'est un chiffre stable. Derrière cette stabilité se cache la progression fulgurante de Tik Tok. Pour autant, Facebook reste maître du jeu, et semble traverser les tempêtes médiatiques (ou géopolitiques) sans vaciller.

Même si le réseau social annonce régulièrement qu'il essaie de faire le ménage parmi tous ses mauvais usages, il y a beaucoup de polémiques à la fois sous le sigle de Facebook, mais aussi sur ses autres marques comme Whatsapp et Instagram. 45 millions de visiteurs uniques chaque mois ne semblent pas freinés dans leurs usages par ces divers épisodes problématiques que Facebook a pu rencontrer. 

Prenons quelques exemples de l'année 2020.

  • En juin, la lutte contre les propos haineux renforcée, avec retard par rapport à d'autres : Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, a fini par céder à la pression des annonceurs. Le réseau social a annoncé un renforcement de sa politique de modération contre les publicités incitant à la haine et tous les messages problématiques. Le patron du réseau social défendait pourtant une approche moins intrusive que Twitter ou YouTube, notamment vis-à-vis des discours des personnalités politiques (ceux de Trump par exemple), au nom de la liberté d'expression.
  • En juillet, des marques délaissent la publicité sur la plateforme pour cause de racisme : Aux États-Unis, dans le sillage de l’affaire George Floyd, de nombreuses entreprises ont décidé de boycotter les publicités sur Facebook. Lancée en juin par des associations américaines de défense de droits civiques, cette initiative "Stop Hate for Profit" rassemble aujourd’hui plus de 240 annonceurs, dont de grandes marques telles que Coca-Cola, Adidas, Starbucks, Ford. Ces marques jugent que Facebook est trop permissif à l’égard des contenus haineux. Mais ce geste a-t-il seulement des raisons morales ?
  • En août, les fausses informations sur la santé en vedette : Une enquête pointe le poids écrasant des fausses informations sur Facebook en matière de santé. Selon les enquêteurs d'Avaaz, l'algorithme de Facebook a permis aux réseaux diffusant des informations erronées à propos des questions de santé d’atteindre 3,8 milliards de vues entre l'été 2019 et l'été 2020. Le pic de ces fausses informations a été atteint en avril, avec plus de 460 millions de vues, au moment où la propagation de la pandémie de Covid-19 s'est accélérée à travers le monde. France Inter avait relaté dans un autre article que sur le thème du coronavirus, les fausses infos de médias chinois et russes étaient plus virales sur Facebook que celles du journal Le Monde.

Tout cela ne semble toutefois pas entamer la fréquentation des profils de Facebook. 

Les internautes s'insurgent, Facebook reste en pôle position

Malgré ces péripéties, inquiétudes et polémiques, sous le sigle de Facebook, mais aussi sur d'autres marques comme Whatsapp et Instagram, le réseau fondé par Mark Zuckerberg continue de régner en maître dans les audiences de l'internet global mesurées par Médiametrie.

Cette mesure de l'Internet global, consulté sur PC et applis, sur l’ensemble des écrans, montre qu'en 2020, Facebook est toujours en tête du top 10 des réseaux sociaux. L'arrivée progressive de nouveaux réseaux n'entame pas vraiment son leadership. Si son audience reste stable, et ne progresse que de quelques petits pourcents, Facebook est largement devant avec 25 millions de visiteurs uniques quotidien, et 45 millions par mois. Tik Tok, Snapchat, Whatsapp, Instagram progressent fortement, mais restent loin derrière. D'ailleurs, Whatsapp et Instagram, qui se classent dans le top 4, appartiennent à Facebook, ils viennent donc ici amplifier son hégémonie.

Les jeunes assureront l'avenir des réseaux sociaux : ils y passent trois fois plus de temps que les plus de 25 ans. Médiamétrie a observé que le temps de surf quotidien des 15-24 ans a augmenté globalement depuis 2019 : 6 minutes de plus sur Instagram par exemple, et 1 minute de moins sur Facebook, ce qui ne semble pas significatif. La conclusion est que l'arrivée de nouveaux réseaux crée une accumulation des temps de consultation plutôt qu'une érosion de l'audience des réseaux plus anciens.

L'année Internet 2020
L'année Internet 2020 / Capture / Mediamétrie

Facebook est la 2e marque la plus puissante sur Internet derrière Google. Whatsapp est 5e et Instagram 6e. Le public de Facebook a en moyenne 45 ans, avec des écarts d'âges très larges. En détail, 60 % des usagers de Facebook ont entre 25 et 49 ans, et 38 % plus de 50 ans. Malgré toutes les inquiétudes que certains peuvent former à l'encontre, il ne semble pas près à laisser beaucoup de terrain à ses challengers. Et quand c'est le cas, il les rachète.