Comment inciter les femmes enceintes à arrêter de fumer ?
Comment inciter les femmes enceintes à arrêter de fumer ? © MaxPPP/AltoPress/Sigrid Olsson

Une étude menée dans 16 hôpitaux français teste l’efficacité des incitations financières dans le sevrage tabagique des femmes enceintes.

Fumer ce n'est pas le meilleur moyen de vivre vieux. Mais c'est surtout une mauvaise manière de faire commencer la vie de son enfant, selon toutes les études qui mettent en avant les risques de naissance prématurée, de petit poids de naissance, de retards de développement, etc. La dernière étude, publiée en mars aux Etats-Unis, indique même que fumer pendant la grossesse modifie chimiquement l'ADN du foetus. Or, une femme sur cinq continue de fumer pendant sa grossesse, selon l’Institut national du cancer.

Comment aider les mères à arrêter ?

16 maternités françaises vont tenter une expérience qui passera par la récompense. Ca choquera peut-être les Français mais c'est une méthode déjà répandue dans les pays anglo-saxons : lutter contre son addiction avec des bons d'achats.

Le docteur Ivan Berlin de la Pitié Salpetrière est à l'origine de cette étude.

On stimule la non consommation par des bons d’achat

Le deuxième groupe sera tiré au hasard. Le protocole est très stricte : aucune cigarette, ni substitut pendant toute la grossesse. Il aura des contrôles d’urine notamment pour le vérifier.

L'addictologie au tabac est complexe

Il ne faut pas blâmer les femmes enceintes qui sont toutes conscientes des risques et qui doivent trouver des compensations à leur addiction explique

Michel Reynaud est psychiatre spécialiste des addictions

Le produit consommé est devenu une récompense pour le cerveau et il faut la remplacer par une autre récompense

Motivation face à un système de compensation neurobiologique complexe. Et ça marche, selon des études précédentes menées notamment sur la cocaïne et le tabac en Grande Bretagne et aux Etats-Unis. Le chef du service d'addictologie de l'hôpital Brousse à Villejuif soutient la démarche.

Le docteur Amine Benyamina

C’est une des démarches les plus importantes à soutenir

Il faut à tout prix améliorer la santé des bébés des fumeuses, insiste le docteur Berlin, qui lance cette étude. 15 femmes de Lyon, Pau et Nantes se sont déjà inscrites. Il en faut 400 pour mener l'étude financée par l’Inca (Institut National du Cancer. Les résultats seront connus dans deux ans

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.