La campagne de recensement a débuté le 18 janvier dernier et a bénéficié, cette année, d'un petit lifting. Avec des critères mieux adaptés, le questionnaire permet de mieux prendre en compte les évolutions familiales.

Cette année, les critères pris en compte par le questionnaire du recensement sont plus précis (photo d'illustration)
Cette année, les critères pris en compte par le questionnaire du recensement sont plus précis (photo d'illustration) © Maxppp / Josselin CLAIR

Dur dur de glisser de grands changements dans un questionnaire institué il y a plus de deux siècles, en 1801. Et pourtant, cette année, que ce soit sur papier ou sur Internet, les critères pris en compte dans le dossier de recensement sont beaucoup plus précis. Exit les cinq choix assez réducteurs "personne vivant seule", "couple sans enfant", "couple avec enfant", "famille monoparentale" ou "famille complexe", alors qu'un enfant sur dix vit aujourd'hui, en France, dans une famille recomposée.

"On va pouvoir détailler si ce sont uniquement des enfants du couple ou s'il y a des enfants du couple mais aussi des enfants d'un des deux adultes seulement", explique Valérie Roux, chef du département de la démographie à l'INSEE. Si vous prenez par exemple des enfants en bas âge qui sont la moitié du temps chez le père, la moitié chez la mère, auparavant on ne les repérait qu'à un seul endroit". S'intéresser bien plus aux enfants en garde partagée pourra, par exemple, donner des indications sur le type de logement à construire, selon Valérie Roux : "Quand vous avez un enfant la moitié du temps, il faut quand même une pièce pour cet enfant."

Impossible de faire trop de changements

Les familles recomposées ne datent pas d'hier. Alors pourquoi ne pas les avoir intégrées plus tôt dans le questionnaire ? "On essaye de ne pas changer trop de choses chaque année, sinon on perturbe la continuité des séries, on ne peut plus faire d'analyses historiques", justifie Valérie Roux.

Néanmoins, un autre changement de taille intervient cette année : la personne de référence du ménage ne sera plus forcément l'homme, mais la personne active la plus âgée du foyer. Les femmes passeront donc de 29 à 44 % des référents.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.