[scald=26589:sdl_editor_representation]OSLO (Reuters) - Une partie de la gare centrale d'Oslo a été évacuée mercredi matin en raison d'une valise abandonnée dans un bus, mais l'alerte a été levée après l'inspection du bagage suspect, a annoncé la police norvégienne.

"Nous n'avons rien trouvé qui intéresse la police", a déclaré un responsable de la police, Tore Barstad.

La partie sud de la gare a été bouclée pendant plus de deux heures et les services de trains et de bus suspendus après que le conducteur d'un bus à destination de l'aéroport a signalé qu'un homme avait abandonné un bagage à main dans son véhicule.

"Un homme à l'attitude suspecte est parti en courant (...) en laissant sa valise dans le bus", a raconté le conducteur, Jack Vaadahl, décrivant un homme d'environ 1,85 m à l'air nerveux.

Un journaliste de Reuters a vu de nombreux véhicules de police et de pompiers autour de la gare. Toute la partie sud du complexe, proche de l'hôtel Thon Hotel Opera, était interdite au public.

"Sur ordre de la police, personne n'est autorisé à entrer dans la gare", a déclaré un responsable de l'agence ferroviaire NSB. "Tous les trains et bus ont été annulés jusqu'à nouvel ordre."

La police norvégienne a ajouté à la confusion en annonçant être à la recherche d'un homme "dangereux", qu'elle a dans un premier temps lié à Anders Behring Breivik, l'auteur de l'attentat d'Oslo et de la tuerie d'Utoya, avant de revenir sur ses propos.

"Cela n'a rien à voir avec l'affaire de vendredi", a dit un porte-parole de la police à Reuters. "Cette information a été transmise par erreur. C'est une opération de police de routine."

La police a précisé qu'elle tenait à arrêter le suspect, libéré lundi de prison, parce qu'il souffre de troubles psychologiques, et non parce qu'il est lié à Breivik, qui a tué 76 personnes vendredi dernier.

Breivik, qui a reconnu la double attaque, a déclaré appartenir à une organisation qui comporterait "deux autres cellules". La police norvégienne dit cependant penser qu'il a agi seul.

Rédaction d'Oslo, Tangi Salaün pour le service français

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.