Les actes de violences commis envers les journalistes ont été particulièrement nombreux lors de cet "acte IX" des "gilets jaunes" : Fabien Namias, le directeur général de LCI, dont les reporters ont été molestés sur le terrain, est venu témoigner au micro de France Inter.

Une équipe de LCI et les agents de sécurité qui l'encadraient ont été attaqué samedi à Rouen
Une équipe de LCI et les agents de sécurité qui l'encadraient ont été attaqué samedi à Rouen © Capture d'écran de la vidéo de Paris Normandie

Ce 11 janvier, des "gilets jaunes" ont organisé le blocage du centre d’impression de l’Yonne Républicaine, ou encore, dans le Nord, le blocage du dépôt d’Anzin de La Voix du Nord, avec à la clé, 20 000 journaux non distribués. À Toulouse, une journaliste de la Dépêche du Midi a été menacée de viol. À Toulon, deux reporters de l’AFP se sont réfugiés dans un restaurant pour échapper aux menaces, tandis qu'à Marseille, une JRI de France 3 a été prise à parti. À Rouen, surtout, place de l’Hôtel de Ville, au milieu de la foule, une équipe de LCI a été violemment prise à parti par des manifestants.

Fabien Namias, directeur général de LCI, est revenu, au micro de l'Instant M, sur ces actes de violences, inquiétants pour la liberté de la presse : ces journalistes, dit-il, étaient repérables "simplement parce qu'ils avaient une caméra, portée par Hugo Blaise, le JRI (Journaliste Reporter d'Image) et Julien Garrel, notre reporter rédacteur."

"En l'occurrence, il y avait je crois des logos, qu'on a pas systématiquement masqué. Dans les faits, qu'on soit LCI ou pas, ce sont les journalistes qui sont visés quels qu'ils soient", remarque-t-il. 

Ce n'est pas tant le média qui est visé que la profession en soi et les journalistes eux-mêmes

La question de "savoir si on doit envoyer des reporters à tel ou tel endroit, on se les ait toujours posés. Mais on se la posait pour l'Irak, la Syrie, un théâtre de guerre. Là on se les pose quand on envoie une équipe à Rouen, Bourges ou Place de l'Étoile, en France, c'est du jamais vu", regrette Fabien Namias. 

Faut-il renoncer à couvrir les manifestations de "gilets jaunes" se demande Fabien Namias dont une équipe de LCI a été agressée à Rouen samedi
Faut-il renoncer à couvrir les manifestations de "gilets jaunes" se demande Fabien Namias dont une équipe de LCI a été agressée à Rouen samedi © AFP / Fred DUFOUR

Faut-il renoncer à couvrir les "gilets jaunes"?

"Moi", répond le directeur général de LCI, "j'ai une inclinaison naturelle, qui est 'il faut, en toute circonstances, faire son métier'. Nous on fait ce métier qui consiste à rapporter ce que l'on voit, à le décrire, à le questionner, à l'expliquer et le mettre en perspective. Tous les événements quels qu'ils soient, heureux, joyeux, dramatiques, violents, émouvants, méritent d'être rapportés."

Fabien Namias a aussi réagit au tweet de Noelle Lenoir, ancienne ministre qui estime que "les journalistes agressés par les 'gilets jaunes' sont responsables de ce qu'ils subissent"

"Bêtise", a-t-il estimé, "c'est choquant et indigne". "Une ancienne ministre, membre du Conseil Constitutionnel, donc chargée de faire respecter les libertés publiques et le droit, et qui tolère et légitime la brutalité, les coups, les violences, les blessures faites à des journalistes ou à qui que ce soit ? C'est profondément choquant. C'est assez lamentable, et honteux."

Des journalistes protégés par des agents de sécurité

Fabien Namias est revenu en détail sur le dispositif de sécurité qui entoure ses journalistes sur le terrain. Des agents de sécurité "ont joué leur rôle en protégeant une première équipe à Rouen mais aussi dans le VIIIe arrondissement parisien, samedi pas loin de la place de l'Étoile, où Jérome [l'un d'entre eux] s'est fait casser le nez". Ce dispositif "ça change les choses par nature. Le fait d'avoir des agents de sécurité est une nécessité imposée par la situation. Mais ça change forcément la nature des choses sur le terrain. Les personnes interrogées peuvent le percevoir négativement, en assimilant certaines fois les agents de sécurité à des policiers, des forces de l'ordre"

Enfin Fabien Namias a réagit aux questions qui ont été posées par un "journaliste gilet jaune" à Jean-Michel Apathie, la semaine dernière, à la sortie de LCI. Voici la vidéo de cet échange:

Pour Fabien Namias, "quelqu'un qui vous accompagne ainsi jusqu'à votre voiture, je trouve ça physiquement inquiétant et Jean-Michel Apathie garde son calme, il s'en tire remarquablement bien"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.