Un médicament sur deux sur internet est un faux
Un médicament sur deux sur internet est un faux © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

L'Organisation Mondiale de la Santé estime qu'un médicament sur deux vendus sur internet est une contrefaçon. De plus en plus de particuliers se sont lancés dans ce commerce, concurrençant des criminels aguerris sur ce marché en plein essor.

On savait le marché du médicament de plus en plus gangréné par la contrefaçon. L’Organisation Mondiale de la Santé tire régulièrement la sonnette d’alarme, estimant qu’un médicament sur deux vendus sur internet est une contrefaçon . Un faux dangereux pour la santé.

De plus en plus de particuliers

Une étude publiée aujourd’hui par l'Institut de recherche anti contrefaçon du médicament (IRACM) va plus loin : ces trafics ne sont plus réservés aux grands criminels mais de plus en plus de particuliers se lancent dans ce marché juteux.

Il y a une démocratisation de la criminalité et de la cyber-criminalité. Aujourd'hui plus qu'avant, un citoyen peut être lié à ces trafics, soit de manière totalement autonome, soit en nouant des alliances avec d'autres individus. (Eric Przyswa, auteur du rapport)

Ainsi, entre 2008 et 2010, un particulier a écoulé près de 2 millions de pilules amincissantes aux clients de son salon de beauté de Philadelphie, ce qui lui auraient rapporté 245.000 dollars. les pilules étaient en réalité importés frauduleusement de Chine et contenaient du sibutramine (un coupe-faim interdit en France) et d'autres substances dangereuses.

10% des médicaments contrefaits, un chiffre d’affaire de 75 milliards de dollars

Selon les chiffres de l’IRACM, 10% des médicaments en circulation dans le monde seraient des médicaments contrefaits . Selon le Center for Medicine in the Public Interest, un organisme spécialisé américain, la vente de faux médicaments a progressé de 90% entre 2005 et 2010, pour atteindre 75 milliards de dollars (55 milliards d'euros) . L'activité serait 10 à 25 fois plus rentable que le trafic de drogue.

L’invité du journal de 18h d’Angélique Bouin, Wilfried Roger, directeur adjoint de l'IRACM précise quels types de médicaments sont concernés :

Il y a des traitements contre le cancer de la prostate, pour les maladies cardiaques, pour la schizophrénie, pour le paludisme, il y a même des vaccins dans lesquels il y a simplement de l’eau de la rivière d’Afrique. (Wilfried Roger)

L’ampleur du phénomène est ahurissante. En 2012, lors de la première opération douanière visant des médicaments contrefaits, les autorités ont saisis 83 millions de produits contrefaits…en 6 jours !

En France, pas de problème en pharmacie, rassure Wilfried Roger, mais il faut se méfier d’internet. "Prudence, ne prenez pas ce type de médicament ", rappelle-t-il.

A ECOUTER : > L’intégralité de l’interview de Wilfried Roger dans le journal de 18h d’Angélique Bouin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.