C’est le début de la fin. À partir du 15 novembre, Orange n’installera plus de lignes téléphoniques classiques, première étape d’une longue transition vers le tout numérique. Mais vous souvenez-vous des vieux combinés qui sonnaient chez vous ?

Un téléphone à cadran.
Un téléphone à cadran. © Maxppp / Illustration

Avant d’avoir des smartphones quasi greffés aux mains, souvenez-vous, nos téléphones avaient des fils. Celui qui reliait le corps du téléphone au combiné et celui qui le branchait à une prise murale "T", à l’ancienne : une prise analogique. Dans cinq ans, ce sera terminé. La fin annoncée d’une technologie centenaire ; Orange mettra fin à la commercialisation du service analogique en 2023 et dès le 15 novembre, n’ouvrira plus de lignes de ce type. L’opérateur historique, héritier de France Télécom, va arrêter peu à peu de maintenir le RTC, réseau téléphonique commuté, trop encombrant, au profit du réseau internet, IP, plus moderne et moins gourmand en place. Pour l’occasion, nous avons décidé de rouvrir le placard, de farfouiller un peu, et de ressortir nos vieux combinés

1943, l’Universel  

Première trouvaille, voilà un "U43" qui traine. U pour universel : ce téléphone à cadran est retenu en 1943 par l’administration française pour remplacer les tout premiers postes (les PTT 24) est fabriqué par la société Ericsson Colombes dans les Hauts-de-Seine, comme le raconte Orange sur son site "Collection historique"

Son avantage ? Une compatibilité parfaite avec tous les types de réseaux courants. Composé d’abord avec des matériaux basiques, des modèles sont ensuite réédités dans un design un peu plus "luxueux", en ivoire ou en mélanine blanche. Mais son "dring" de sonnerie, lui, est inoubliable. Rien qu'en l'entendant, on pense à un film avec Maigret.

1963, le S63 de la Socotel  

Caché derrière, sur l’étagère du haut un vieux S63 mis en service en… 1963. Créé par le Centre national d’études des télécommunications et fabriqué par la Socotel, Société des constructeurs de téléphones, il a hérité d’abord du cadran de son prédécesseur avant de proposer un clavier de numérotation. Avec son écouteur, de couleur ivoire, bleu, marron, orange, ou plus courant gris, cet appareil est distribué à plusieurs millions d’exemplaires. Il vivra une belle vie jusque dans les années 90 avant d’être remplacé par des appareils un peu plus modernes. 

Digitel, Chorus et autre Fidélio  

Nouveaux designs, fini les cadrans, voici venu le temps des touches, des mémoires internes pour enregistrer quelques numéros préférés : nous avons retrouvé un Digitel 2000, un Chorus et un Fidélio. Choisis par France Télécom pour équiper la plupart des foyer français à partir de 1985-1990, ces téléphones possèdent de nombreuses nouveautés, pêle-mêle, les touches "S" pour couper le microphone, le "BIS" pour rappeler le correspondant précédent, appeler sans décrocher, plusieurs sonneries ou le réglage du niveau sonore.  

Les sans fils et l’arrivée d’internet  

Fin du siècle dernier : les répondeurs intégrés, les écrans et les terminaux tout-en-un se démocratisent. Et puis les téléphones sans fils. Une base ou plusieurs, réparties dans les pièces de la maison. Des sonneries personnalisés et des répertoires pleins de numéros. Internet arrive aussi, par la prise téléphonique, et empêche, dans un premier temps, de passer des appels en même temps. 

Au fait, comment on fera après ?  

Aujourd’hui, il reste environ 9 millions d’abonnés à la téléphonie fixe en RTC. Ces utilisateurs du réseau "à l’ancienne" vont devoir passer au numérique d’ici 2023 grand maximum. Une alternative qui fait râler les plus réfractaires qui ne souhaitent pas s’abonner à internet et à une offre triple-play. Pour eux, Orange a prévu de mettre gratuitement à disposition un boitier permettant de relier leur téléphone et à la prise murale pour bénéficier de la téléphonie sur IP et des abonnement aux mêmes tarifs que les offres actuelles de téléphonie fixe.

Une dernière chose, si comme nous vous avez une armoire pleine de vieux téléphones, sachez qu’il existe des combines pour les transformer, à condition d’être bidouilleur, en appareil compatible "version 2018"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.