Alors que les expulsions locatives reprennent dès ce vendredi soir, la Fondation Abbé Pierre s’inquiète du nombre toujours plus important de ces procédures.

Avec la fin de la  trêve hivernale, les expulsions locatives reprennent.
Avec la fin de la trêve hivernale, les expulsions locatives reprennent. © Maxppp / Séverine Courbe

Une hausse de41% en 10 ans. Les expulsions locatives sont de plus en plus importantes chaque année, le record a été atteint en 2015 si l’on en croit les chiffres récemment publiés par la Fondation Abbé Pierre, avec 14 363 expulsions, soit une augmentation de 24% par rapport à l’année précédente.

Ce qui inquiète la Fondation pour cette année, c’est que les ménages ont été plus nombreux à solliciter la plateforme téléphonique dédiée aux personnes menacées d’expulsion, avec une hausse de 7% par rapport à 2015. 1 374 foyers ont appelé cette plateforme l’an dernier. Des appels qui interviennent "à tout stade", explique Marie Rothan, chargée de mission accès aux droits à la Fondation Abbé Pierre, "dès les premiers impayés jusqu’à un risque d’expulsion qui va arriver de manière imminente mais aussi quand ils ont reçu un congé de leur propriétaire ou qu’ils restent dans un logement dont ils ne sont pas locataires en titre, dont ils n’ont pas de bail".

Plus d’un appel sur deux concerne une personne en Ile-de-France

"57% des personnesqui nous appellent viennent d’Ile-de-France", détaille Marie Rothan, "mais on a des appels de tous les territoires, avec la région PACA qui est quand même assez représentée".

La grande majorité des personnes, près de 70%, qui contactent l’association sont des familles monoparentales ou des personnes seules, "donc des personnes qui n’ont souvent qu’une source de revenu".

Des avancées et un appel aux candidats à la présidentielle

L’association souligne tout de même des "avancées" depuis trois ans en matière de logement. "Le maintien sous certaines conditions des aides au logement pour les ménages en impayés, la pénalisation des expulsions illégales, l’orientation de la procédure d’expulsion d’occupants de terrain vers le droit commun qui leur permet d’obtenir des délais et de bénéficier de la trêve hivernale", ainsi que la mise en place "d’un pôle national de prévention des expulsions" , un plan interministériel lancé l’an dernier, qui doit permettre la mise en œuvre de 48 mesures pour lutter contre les expulsions locatives.

Les expulsions locatives, un sujet dont doivent "s’emparer" les candidats à la présidentielle. La Fondation Abbé Pierre leur demande d’agir pour qu’elles deviennent une "exception".

Écoutez l'interview de Marie Rothan, chargée de mission accès aux droits à la Fondation Abbé Pierre

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.