Depuis le 1 er juillet, ils sont interdits aux caisses de tous les commerces. Cette mesure sera étendue au 1 er janvier aux fruits, légumes et fromages.

Plus de sacs plastique au marché dès le 1er janvier 2017
Plus de sacs plastique au marché dès le 1er janvier 2017 © Maxppp / Dariusz SZUSTER

Depuis le 1er juillet, en application de la loi sur la transition énergétique, les sacs en plastique à usage unique sont interdits aux caisses des magasins. Depuis lors, les consommateurs doivent se voir proposer des sacs en plastique réutilisables ou des sacs en papier. Au 1 er janvier 2017, l'interdiction des sacs plastique à usage unique sera étendue à tous les points de vente, y compris ceux destinés à emballer les fruits et légumes ou le fromage, qui étaient jusqu'à présent exempts de cette obligation.

Plus aucun sac plastique à usage unique autorisé en France au 1er janvier 2017
Plus aucun sac plastique à usage unique autorisé en France au 1er janvier 2017 © Visactu / Visactu

Les mers et océans, premières victimes

Plusieurs pays déjà au diapason

Les sacs en plastique à usage unique doivent être interdits ou supprimés rapidement partout, affirmait en 2009 Achim Steiner, le directeur du PNUE, le Programme des Nations unies pour l'environnement.

Les sacs plastique à usage unique sont interdits dans plusieurs pays à travers le monde dont l'Italie, Haïti, la Mauritanie, le Mali, le Togo, le Bangladesh, le Maroc. D’autres pays, la Finlande, le Danemark ou l’Irlande, ont ainsi déjà réduit la consommation de sacs de caisse à usage unique à moins d’une trentaine de sacs par habitants et par an. Le Danemark et l'Irlande taxent les sacs de caisse à usage unique non biodégradables depuis plusieurs années.

Aux Etats-Unis, certains Etats comme Washington et Hawaï, ont supprimé les sacs à usage unique il y a plusieurs années. La Californie, où certaines villes comme San Francisco, Santa Monica et Los Angeles étaient pionnières, a voté leur interdiction lors d'un référendum en novembre dernier, les Californiens ayant approuvér la suppression des sacs plastique à plus de 53%. A Los Angeles, les sacs papiers sont même payants (10 cents).

Création d'une coalition internationale

Qu’est-ce qu’un sac biosourcé et compostable ?

Seuls les sacs biosourcés seront autorisés. Un sac biosourcé est composé en partie d'amidon de maïs ou de pomme de terre et d'huile de chardon. Ils sont compostables.

►ECOUTER | Le reportage de Sandy Dauphin sur les marchés parisiens

La loi prévoit des sacs biosourcés à 30 % en 2017, 40 % en 2018, 50 % en 2019 et 60 % en 2025. Un matériau compostable a la faculté - dans certaines conditions et même s’il contient du plastique - de se dégrader tout seul et de se transformer en eau et en CO2. Le compostage nécessitant un certain taux d’humidité, de chaleur, d’aération, la norme « compostage domestique » correspond à ce qui peut se faire à la maison, en quelques semaines, et pas dans des conditions industrielles optimales.

► ECOUTER | La tête au carré "Plastiques : danger pour les océans"

L'interdiction est également étendue aux emballages plastique non biodégradables et non compostables, pour l’envoi de la presse et de la publicité (mise sous blister).

En 2020, ce sera au tour de la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes jetables) d’être interdite, sauf si elle est compostable en compostage domestique et constituée de matières biosourcées.

► POUR EN SAVOIR PLUS | 1er janvier: les bonnes (et moins bonnes) surprises de 2017

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.