Une manifesUne tation contre le racisme, en 2013
Une manifesUne tation contre le racisme, en 2013 © Maxppp

France Télévisions a annoncé mardi l'ouverture d'une plate-forme sur internet pour donner la parole aux victimes de "petites discriminations quotidiennes", dont la voix est souvent noyée sous les messages racistes qui prolifèrent sur le web.

"T’es Français mais tu viens d’où ? ", "Tu parles africain ? ", "Les Chinois se ressemblent tous ! ", "Fais pas ton Juif ! ", "C’est quoi ce travail d’Arabe ? "… Petites phrases, brimades, remarques douteuses, les "petites discriminations quotidiennes " blessent chaque jour les victimes d’un racisme devenu ordinaire. France Télévision a décidé de le combattre en leur donnant la parole avec une plate-forme interne : #RacismeOrdinaire.

Les exemples sont nombreux. Une mère rapporte comment un maître-nageur a lancé à son fils "T'es pas un arabe pour rien toi ", parce que le garçon l'avait éclaboussé par mégarde. Une femme "aux cheveux frisés " raconte comment, alors qu'elle tentait de protéger son brushing de la pluie, un "Monsieur " l'a accusée de vouloir "singer les Blancs "...

Témoignages, conseils, informations pratiques

Outre ces témoignages bruts, la plate-forme #RacismeOrdinaire apporte des conseils et des informations pratiques aux victimes de racisme et publie des commentaires d'experts, sous la supervision de la militante antiraciste Rokhaya Diallo et de l'historien François Durpaire.

La plate-forme a été ouverte dans le cadre du 30e anniversaire de la Marche pour l'égalité et contre le racisme (première grande mobilisation des descendants d'immigrés en 1983), que la chaîne marque avec la diffusion de plusieurs documentaires.

Le documentaire Les marches de la liberté de Rokhaya Diallo sera par exemple diffusé jeudi soir sur France O à 22h10.

Rokhaya Diallo était l'invitée du journal de 13h de Claire Servajean. Elle est revenue sur son documentaire et sur la plate forme mise en place par France Télévisions.

La troisième initiative

C'est la troisième fois que France Télévisions fait appel aux témoignages des internautes. Comme lors des précédentes initiatives, les plateformes sont lancées en amont d'une soirée spéciale programmée sur les chaînes du groupe audiovisuel public. Une fois l'émission diffusée, les plateformes sont confiées, quelques mois après, à des associations en lien avec le thème pour continuer à les animer.

La première plateforme sur le thème du viol, "les voix du silence ", avait été lancée en novembre 2012 avant d'être remise au CFCV, le Collectif féministe contre le viol.

Celle sur le racisme ordinaire devrait ensuite être confiée à l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (Acse), a indiqué France Télévisions.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.