C'était l'une des promesses de campagne de François Hollande : la création de 60.000 postes dans l'éducation nationale. C'est fait, nous dit le gouvernement. Oui, mais comment ?

François Hollande et Najat Vallaud-Belkacem en visite dans une école d'Orléans, le 1er septembre 2016
François Hollande et Najat Vallaud-Belkacem en visite dans une école d'Orléans, le 1er septembre 2016 © Reuters / Gonzalo Fuentes

C'était écrit noir sur blanc dans le programme du candidat Hollande : la proposition n°36 annonçait la création de 60.000 postes dans l'éducation nationale. Aujourd'hui, c'est fait, nous dit le gouvernement : la ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem confirme la création de 47.000 postes et les 13.000 qui manquaient encore sont désormais inscrits au budget 2017.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La mission est accomplie, mais le diable se niche dans les détails

Ainsi, à bien y regarder, les postes sont bien pourvus, mais pas uniquement par des enseignants. Pour le nombre exact, il faut jouer habilement de la calculette : près de la moitié, par exemple, de ces postes sont pourvus par des enseignants-stagiaires (26.301), tandis que seuls 18.487 postes de titulaires ont été véritablement créés : un total de 44.788 postes de profs.

Sauf que les enseignants-stagiaires sont souvent en formation, et ne peuvent correspondre à des temps plein. Résultat : un peu plus de 44.000 postes correspondent en fait à 31.000 temps-plein. Le reste des recrutements n'est pas dédié à la catégorie des enseignants : il s'agit de personnel administratif, d'assistants d’éducation ou de personnels médico-sociaux....

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les syndicats ont aussi repéré ce qu'ils définissent comme une petite entourloupe : l'ajout de 2150 postes d'assistant d'éducation, qui ne sont habituellement pas comptabilisé dans les effectifs. Et si le compte y est ou presque, les syndicats soulignent qu'il ne suffit pas de créer ses postes : encore faut-il qu'il soient pourvus. Ainsi en 2015, 12.000 emplois sont restés vacants par manque d'attractivité.

Voici les chiffres revendiqués par l'Éducation nationale : 54 000 créations, ainsi réparties à la rentrée 2017 :

  • 25 938 enseignants-stagiaires – dont 310 CPE
  • 20 611 enseignants titulaires – dont 350 CPE
  • 4 251 emplois d’aide aux élèves en situation de handicap
  • 2 150 assistants d’éducation
  • 600 personnels médico-sociaux
  • 450 personnels administratifs.