Samsung suspend la production de son smartphone Galaxy Note 7 après plusieurs cas d'explosion de batterie, et demande même aux utilisateurs d'éteindre l'appareil.

Le Samsung Galaxy Note 7 était vu comme l'un des meilleurs smartphones du marché
Le Samsung Galaxy Note 7 était vu comme l'un des meilleurs smartphones du marché © Maxppp / JANNIS MATTAR

C'était l'un des appareils les plus prometteurs jamais fabriqués par la firme coréenne Samsung... et son aventure s'est arrêtée officiellement ce mardi. Le fabricant a acté le fiasco de son Galaxy Note 7 en demandant à ses partenaires de cesser de vendre ce smartphone dernier cri, et aux utilisateurs de l'appareil de l'éteindre en raison du risque d'explosion. Une annonce qui a fait dévisser le cours de l'action Samsung de 8% mardi à la bourse de Séoul.

Dès lundi, une source de l'agence de presse américaine Reuters affirmait que Samsung avait décidé de suspendre la production du Galaxy Note 7. Officiellement, d'après le constructeur, il ne s'agissait que d'un "ajustement" des volumes de production de ce téléphone. Ce qui n'a pas empêché le cours de l'action Samsung à la bourse de Séoul de plongér de 1,52% dans la journée de lundi.

Des dizaines d'explosions de batteries

En cause : des dizaines de cas d'explosions de batteries sur ce nouveau modèle, annoncé le 2 août dernier par le leader du secteur. Sorti le 19 août, il a fait l'objet d'un rappel dès le 2 septembre. Une opération sans précédent : 2,5 millions de téléphones achetés dans les deux semaines précédentes sont rappelés pour un remplacement. Une intervention estimée à un milliard de dollars pour Samsung.

Mais cela n'a pas suffi. Mercredi dernier, le 5 octobre, un avion au départ de Louisville (Kentucky, Etats-Unis) est évacué à cause d'une fumée qui se dégage du téléphone appartenant à un passager : un Galaxy Note 7 déjà remplacé par Samsung. Résultat, la Commission américaine de protection des consommateurs (CPSC), qui avait déjà recommandé de ne pas utiliser ce téléphone, ouvre une enquête. Et ce week-end, les trois plus gros opérateurs américains, Verizon, AT&T et T-Mobile, ont décidé d'arrêter le programme de remplacement de l'appareil.

Que s'est-il passé ?

Ce n'est pas très clair, et en tout cas Samsung n'a pas officiellement communiqué les raisons de ces dysfonctionnements, se contenant d'évoquer une "erreur dans le processus de fabrication qui est très rare". L'une des possibilités est un court-circuit qui ferait augmenter la température de la batterie : une batterie est construite comme une pile, avec un pôle négatif (anode) et un autre positif (cathode). Ces deux pôles sont séparés par une membrane, or si celle-ci rompt, il y a ce qu'on appelle un court-circuit. Ce qui fait chauffer le matériel, et peut causer l'explosion de la batterie, donc du téléphone.

Quelles conséquences pour Samsung ?

Pour le fabricant coréen, c'est une véritable catastrophe industrielle. Au-delà du coût financier que représentent les rappels produit, cette affaire est dramatique pour l'image de Samsung, qui, bien que leader du marché, doit affronter d'un côté les autres fabricants haut-de-gamme comme Apple, en pleine compétition pour le smartphone le plus beau, le plus innovant et le plus performant, et de l'autre les constructeurs chinois qui inondent le marché de produits bas-de-gamme.

Le Galaxy Note 7, qui avait reçu de bonnes critiques à sa sortie, vu comme un bon compétiteur pour les iPhone de grande taille, est désormais la machine a éviter. Le site français "Les Numériques", spécialisé dans les tests d'appareils high-tech, a revu ce lundi sa note de 5/5 à 1/5, affirmant ne plus pouvoir recommander l'achat de ce produit. Pour le gérant de l'un des entreprises actionnaires de Samsung, Park Jung-hoon, "la meilleure chose à faire serait de renoncer purement et simplement au Note 7".

Va-t-on avoir de plus en plus de batteries défectueuses ?

Ce n'est pas impossible. La puissance et la longévité des batteries a évolué beaucoup plus lentement que celle des téléphones, qui sont, de surcroît, de plus en plus fins. Ces batteries de plus en plus petites et qui s'améliorent peu sont de plus en plus sollicitées, ce qui explique la courte durée de charge d'un smartphone aujourd'hui, et peut être à l'origine de certaines surchauffes, rappelle un article paru dans le Guardian en Grande-Bretagne.

Seul un changement de structure des batteries, qui passerait par le remplacement du liquide présent dans les batteries (l'électrolyte) par un matériau solide disposant des mêmes propriétés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.