#GénérationDemain. Qu'ils soient députés ou élus locaux, fondateurs d'associations, connus ou pas encore, ces jeunes femmes et hommes incarnent l'engagement d'aujourd'hui et de demain. Portraits.

Ils ont 30 ans et sont engagés pour demain
Ils ont 30 ans et sont engagés pour demain

Ils ont moins de 30 ans (ou 30 ans tout juste passés), et ils détonent par leur engagement politique, associatif ou leur militantisme. Engagés pour un parti qu'il soit de droite ou de gauche, pour l'environnement, pour la condition des femmes, contre les inégalités, ces jeunes femmes et hommes incarnent la France d'aujourd'hui... mais aussi celle de demain. Portraits de ces moins de 30 ans, dont on n'a sûrement pas fini d'entendre parler.

Sarah El Haïry, 31 ans, secrétaire d'État, élève Modem

.
. © AFP / Arthur Nicholas Orchard

En une phrase : "Je suis plutôt dans cette capacité à maçonner, à construire"

Pourquoi elle fera parler d'elle : 31 ans et déjà un CV à faire pâlir un vieux briscard de la politique. Dans le cas de Sarah El Haïry, difficile de ne pas employer le poncif "ascension fulgurante", tant le parcours ressemble à une carrière politique en accéléré. Élue députée de Loire-Atlantique en 2017, nommée porte-parole du Modem en 2018, conseillère municipale de Nantes depuis début juillet… et catapultée, moins d’un mois plus tard, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement dans le gouvernement de Jean Castex. Une hyperactive façonnée par François Bayrou, qui "ne jette jamais la pierre."

Tara Heuzé-Sarmini, 26 ans, contre la précarité menstruelle

Tara Heuzé-Sarmini
Tara Heuzé-Sarmini / Règles élementaires

En un hashtag : #ChangerLesRègles

Pourquoi elle fera parler d'elle : À seulement 21 ans, Tara Heuzé-Sarmini fonde en 2015 l'association Règles Élémentaires. Deux missions : collecter des produits d’hygiène intime à destination des femmes dans le besoin, et briser le tabou des règles. Missions réussies : en 5 ans, plus de 2 millions de produits d'hygiène intime ont été redistribués, plus de 1 000 collectes organisées dans toute la France et plus de 50 000 femmes en ont été bénéficiaires. "Le chemin à parcourir est encore long", affirme Tara Heuzé-Sarmini à France Inter. Mais celui parcouru, tout en mettant en lumière un sujet méconnu, est déjà admirable. 

Léonore Moncond'huy, 30 ans, maire écolo de Poitiers

.
. © AFP / Guillaume Souvant

En une phrase : "Les mesures écologiques ne sont pas celles qui se verront le plus rapidement"

Pourquoi elle fera parler d'elle : Léonore Moncond'huy fait partie des maires élus lors de la "vague verte" du 28 juin. À 30 ans, elle a mis fin à plus de 40 ans de socialisme en devenant maire de Poitiers. Jeune mais pas nouvelle en politique, la nouvelle édile affiche pragmatisme et sens du collectif. Désormais plus jeune maire d'une ville de plus de 80 000 habitants, Léonore Moncond'huy sait qu'elle incarne le renouvellement mais elle insiste : "Nous n'avons jamais fait de la jeunesse un argument de campagne."

Samuel Grzybowski, 28 ans, pour le dialogue entre les religions

.
. / Twitter

En une phrase : "Les bienveillants sont plus nombreux, et prennent le dessus."

Pourquoi il fera parler de lui :  Cela fait 11 ans que Samuel Grzybowski a fondé le mouvement "Coexister". Le calcul est vite fait : il avait alors 17 ans. But affiché : favoriser le dialogue entre les religions. En 2009, les statuts de l'association sont déposés à la Préfecture par une juive, un musulman et un chrétien (lui-même). Le projet rassemble aujourd'hui plus de 2 300 jeunes dans 45 villes de France, qui organisent notamment des ateliers de sensibilisation au vivre ensemble dans les collèges et les lycées. 

Ambroise Méjean, 25 ans, délégué général des "Jeunes avec Macron"

.
. / Youtube

En une phrase : "Les @JeunesMacron participeront de manière attentive et exigeante à la construction de la maison commune" (sur Twitter)

Pourquoi il fera parler de lui : Ce jeune diplômé de HEC est le patron des "Jeunes avec Macron" depuis bientôt un an et demi. En jeans et baskets blanches, il n’a pas peur de monter sur les estrades et d’haranguer les militants. Il colle des affiches, comme il participe aux instances dirigeantes du parti La République en Marche. Il est aussi, pour gagner sa vie, l’un des conseillers en communication du groupe "En Marche" au Sénat.

Clémence Guetté, 29 ans, cheville ouvrière de la France Insoumise à l'Assemblée

.
. / Twitter

En une phrase : "Il est grand temps de relancer la réflexion collective et d'y associer le plus grand nombre"

Pourquoi elle fera parler d'elle : à 29 ans, Clémence Guetté est secrétaire générale du groupe La France Insoumise à l'Assemblée nationale. Embauchée par LFI pour travailler à plein temps sur le programme présidentiel, puis sur les législatives. Assurée dans les médias, pertinente, elle joue grand un rôle dans l’élaboration des compromis internes au parti. Interviewée par le média d'opinion Le Vent se lève, elle déclare "assurer le lien" entre les députés et "assister Jean-Luc Mélenchon dans son rôle de président de groupe". On l'imagine aisément, à l'avenir, endosser encore davantage de responsabilités.

Marguerite Stern, 29 ans, des collages immédiats

.
. © AFP / Ludovic Marin

En une phrase : "Ces sessions de collage entre femmes permettent de créer une sororité assez forte"

Pourquoi elle fera parler d'elle : C'est d'un ton catégorique que Marguerite Stern évoque son engagement féministe. "Ne rien laisser passer", "aller jusqu'au bout", "pas de compromis"... À 29 ans, cette activiste passée par les Femen, initiatrice des collages contre les féminicides, s'exprime avec un aplomb qui ne laisse aucune place à l’ambiguïté. Un parcours conditionné par la radicalité, jalonné d'uppercuts médiatiques... et de controverses, notamment pour ses propos sur le transactivisme

Lassana Bathily, 30 ans, citoyen héros malgré lui

.
. © AFP / DOMINIQUE FAGET

En une phrase : "Il y a des gens qui m'ont considéré comme un héros. Mais je suis juste un bon citoyen."

Pourquoi il fera parler de lui : Le 9 janvier 2015, il cache des otages dans la chambre froide de l'Hyper Cacher pour leur sauver la vie. Lassana Bathily est alors âgé de 24 ans. Malien naturalisé Français en 2015, il recevra une pluie d'hommages, jusqu'à Barack Obama : "il est important de nous inspirer des actes héroïques de ce modeste employé", dira la président américain. Modeste, les pieds sur terre malgré le tourbillon médiatique, engagé en politique, aussi : il préside en 2019 le comité de soutien de la liste du Parti communiste pour les élections européennes. Et, régulièrement, il intervient dans des écoles pour des dialogues citoyens.

Laetitia Vasseur, 31 ans : l'obsolescence ne passera pas

.
. / franceinfo

En une phrase : "On vit dans une société qui favorise l'obsolescence culturelle. Mais, avant de tout remplacer, posez-vous la question : en ai-je vraiment besoin ?" (dans Les Échos)

Pourquoi elle fera parler d'elle : Laetitia Vasseur mène la guerre à un phénomène de plus en plus dénoncé : l'obsolescence programmée. Autrement dit, la durée de vie sciemment réduite de certains produits, qui force les consommateurs à les racheter. La jeune femme co-fonde en 2015 l'association HOP (pour Halte à l'Obsolescence Programmée). "C'est un enjeu à la fois écologique, économique, mais aussi de consommation dans notre vie quotidienne", soulignait-elle sur France Inter. Investigations, actions judiciaires, l'association a notamment porté plainte contre Epson puis Apple. De beaux coups juridiques et médiatiques... et certainement pas les derniers.

Robin Reda, 29 ans, député de l’Essonne, ex plus jeune maire de France

.
. © AFP / Joel Saget

En une phrase : sur le cannabis, "il faut une évolution de la réglementation, une expérimentation" (dans Libération)

Pourquoi il fera parler de lui : Robin Reda est vice-président de Soyons Libres, le mouvement de Valérie Pécresse. En 2014, à seulement 22 ans, il a fait basculer à droite la mairie de Juvisy-sur-Orge et devient le plus jeune maire de France. Élu député en 2017, après avoir soutenu Bruno Le Maire lors de la primaire, il quitte LR deux ans plus tard pour suivre Valérie Pécresse, qui crée son propre mouvement. Il incarne une droite nouvelle, et mène des combats inédits au sein de sa famille politique. Comme récemment avec la mission d’information sur le cannabis, qu’il préside. Et avec ce groupe de travail composé d’élus pro-légalisation qu’il veut créer.

Rachid Zerrouki, 28 ans, "l'instit"

.
. / Ouest-France

En une phrase : "Je crois qu'il faut redonner confiance aux élèves et pour cela, il faut comprendre leurs difficultés."

Pourquoi il fera parler de lui :  Sur Twitter, ses 50 000 abonnés le connaissent sous le pseudonyme "Rachid l'instit". Dans la vraie vie, Rachid Zerrouki est enseignant à Marseille en classe de SEGPA (section d'enseignement général et professionnel adapté) où les élèves sont parfois en grande difficulté. Son premier livre, "Les Incasables", paru le 27 août, le relate : "ce sont les gamins qui étaient au fond de la classe en primaire et qui ont subi beaucoup d'échecs, qui sont impuissants. Je crois qu'il faut leur redonner confiance", dit-il au micro de France Inter. Mais au-delà d'une personnalité médiatisée, il y a toute cette génération de jeunes profs qui croient en leur métier. Et qui représentent l'éducation de demain.

Adrien Quatennens, 30 ans, député La France Insoumise du Nord

.
. © AFP / Ludovic Marin

En une phrase : "Pour nous, un programme, ça n'est pas juste un objet marketing que l'on sort pour une élection présidentielle"

Pourquoi il fera parler de lui : À 30 ans seulement, Adrien Quatennens est coordinateur de la France Insoumise et député LFI du Nord : le numéro 2 officiel, après Jean-Luc Mélenchon, du mouvement. Son engagement en politique prend corps avec la lutte contre le CPE en 2006. Il a milité aussi avec ATTAC, avant de rallier en 2013 le Parti de Gauche. En 2014, il est candidat Front de gauche aux municipales à Lille. Et en juin 2017, il ravit une première circonscription du Nord occupée, bien avant lui par Pierre Mauroy.

Charlyne Péculier, 22 ans, élue et engagée pour les femmes

.
. / Twitter

En une phrase : "Beaucoup d’histoires m'ont touchée, j'ai eu envie de moi aussi aidé ces personnes là" (dans Ça commence aujourd'hui

Pourquoi elle fera parler d'elle : Charlyne Péculier est depuis les dernières élections municipales, l’une des adjointes du maire de Cesson en Seine-et-Marne, en banlieue parisienne. À 22 ans, elle est en charge du Développement durable. Mais elle est aussi la présidente d’une association qu’elle a créée pendant la période du confinement, au printemps dernier : "Un abri qui sauve des vies", qui offre refuge aux femmes victimes de violences conjugales.

Benjamin Lucas, 30 ans, coordinateur et porte-parole de Génération.s

.
. / Twitter

En une phrase : "On doit faire la démonstration de notre crédibilité" (dans le Dauphiné Libéré)  

Pourquoi il fera parler de lui : Benjamin Lucas est à 30 ans coordinateur et porte-parole de Génération.s, le mouvement fondé par Benoît Hamon. Il fait ses premiers pas en politique en 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen accède au second tour de la présidentielle. Engagé en 2006 dans le combat contre le CPE, il devient en 2015 Président du Mouvement des Jeunes Socialistes. Proche des frondeurs, il quitte le PS le 1er juillet 2017, dans le sillage de Benoît Hamon.

Virgile Mouquet, 19 ans, figure médiatique de Youth For Climate

Aux côtés de Greta Thunberg, Virgile Mouquet (tout à droite)
Aux côtés de Greta Thunberg, Virgile Mouquet (tout à droite) © AFP / Lionel Bonaventure

En une phrase : "On a plein de jeunes dans le mouvement qui, quand ils voient les prévisions scientifiques sur leur avenir, se demandent s'ils auront des enfants"France 3)

Pourquoi il fera parler de lui : Virgile Mouquet fait partie des trois jeunes Français qui ont accompagné la militante pour le climat Greta Thunberg à l’Assemblée nationale l’an dernier, lors d'un débat avec les parlementaires. "La grande majorité des jeunes est au courant de ce problème. Même s'ils ne sont pas forcément engagés, ils le savent, et ça c'est déjà différent des générations d'avant", déclarait-t-il à France 3. Le jeune Bordelais, médiatique, affirmé et pertinent, fait partie des figures montantes de la jeunesse pour le climat.

Camille Étienne, 22 ans, militante écologiste

.
. / Daniel Sicard

En une phrase : "C'est une société entière qui ne fonctionne plus et il faut qu'on ose bousculer le vieux monde, et amener des nouvelles valeurs."

Pourquoi elle fera parler d'elle : Étudiante à Science Po Paris, elle a fait sensation lors d’une table ronde, fin août, à l’université d’été du Medef. Elle a osé y parler de "décroissance" et de "réduction du temps de travail" devant un parterre de chefs d’entreprises. "J'ai les codes pour m'adresser aux élites", explique Camille Étienne à France Inter :"Je leur montre que mes idées ne sont pas un truc de mecs en sarouel qui vivent en Ardèche, mais que les vidéos font le buzz et qu'il y a des millions de personnes qui pensent comme moi. Et que ces idées méritent d'être discutées".

Rémi Cardon, 26 ans, plus jeune sénateur de la Ve République

.
. © Maxppp / Dominique Touchard

En une phrase : "De l'audace, et du courage"

Pourquoi il fera parler de lui : À 26 ans, Rémi Cardon, jeune Picard originaire d'Amiens, est entré dans l'histoire du Palais du Luxembourg. Grâce à sa victoire à la tête d'une liste d'union de la gauche dans la Somme, lors du deuxième tour de scrutin aux élections sénatoriales, il est devenu en septembre le benjamin du Sénat. Fils d'un proviseur de lycée et d’une professeur d'anglais, ce Picard s'était déjà distingué en devenant, à 23 ans, le Premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste de la Somme. 

Salomé Berlioux, 31 ans, fondatrice et présidente de l’association "Chemins d’avenirs"

.
. © AFP / Damien Grenon

En une phrase : "Les urbains confinés ont vécu ce que certains vivent à la campagne 365 jours par an"

Pourquoi elle fera parler d'elle : Détentrice de deux masters, à l'École Normale Supérieure et Sciences Po, À  Salomé Berlioux est à 31 ans présidente de l'association "Chemins d'avenirs". Objectif : accompagner les jeunes vivant dans les périphéries rurales pour leur donner les mêmes chances que ceux qui vivent dans les grandes villes. "Les grandes métropoles c'est 30% de la population, les banlieues 7% et plus de 76% vivent dans les territoires", déclarait sur France Inter l'auteure de "Nos campagnes suspendues, la France périphérique face à la crise". L'an dernier, elle a été missionnée par le gouvernement pour réfléchir aux obstacles rencontrés par les jeunes qui habitent loin des villes.

Jordan Bardella, 25 ans, vice-président du Rassemblement national

.
. © AFP / Christophe Archambault

En une phrase : "Plus rien ne m'étonne de la part de ce gouvernement."

Pourquoi il fait (et fera) parler de lui :  Vice-président du Rassemblement national, eurodéputé, ancien chef de file de Génération Nation, Jordan Bardella a mené la liste du Rassemblement National aux élections européennes. Encarté à 16 ans, il se fait vite repérer par Marine Le Pen, et son lieutenant d’alors, Florian Philippot. Désigné tête de liste aux européennes, il a bluffé tous les cadres du parti. Il est aujourd’hui pressenti pour prendre la tête du parti par intérim si Marine Le Pen décide de quitter son poste le temps de la campagne présidentielle.

Eva Sadoun, 30 ans, veut révolutionner le monde de la finance

.
. / .

En une phrase : "Il faut 1100 milliards pour financer un monde meilleur"

Pourquoi elle fera parler d'elle : À tout juste 30 ans, Eva Sadoun dirige avec son associé Julien Benayou une entreprise de 40 personnes, Lita.co, et fait un lobbying incessant pour révolutionner le monde de la finance. Lita.co est son cheval de bataille pour défendre une économie au service des humains et de la société. Son entreprise a convaincu 20 000 épargnants et investisseurs de choisir de mettre leurs euros au service d'entreprises plus respectueuses de l'environnement, ou à la recherche de solutions pour réduire les inégalités sociales.

Léon Deffontaines, 24 ans, secrétaire général des jeunes communistes

.
. / pcf.fr

En une phrase : "Avec la crise, l’ouverture du RSA aux jeunes est plus urgente que jamais" (dans l'Humanité)

Pourquoi il fera parler de lui : à 24 ans, Léon Deffontaines, est secrétaire général des Jeunes communistes. Il a été élu au poste en juin dernier. Originaire d'Amiens, il est engagé auprès des communistes depuis ses 17 ans et depuis la crise de la Covid, il milite pour que le RSA soit ouvert aux moins de 25 ans.

Léa Moukanas, 21 ans, contre le cancer

.
. / Twitter

En une phrase : "Il ne faut pas oublier qu’un jeune qui tombe malade, avant d’être malade, il est jeune et ça, c’est super important." _(_pour Brut)

Pourquoi elle fera parler d'elle : Léa Moukanas a fondé l’association Aïda en 2015, pour d’accompagner les enfants et les adolescents atteints d'un cancer. Elle devient alors la plus jeune présidente d'association caritative d'Europe. Aïda compte aujourd'hui 2 500 bénévoles, 30 hôpitaux partenaires et 1 200 patients accompagnés tous les ans. Et l'association a notamment, parmi une flopée de distinctions, reçu l'an dernier la médaille de la ville de Paris.

Camille, Simon et Agathe : le sexisme en entreprise ne passera pas

En un hashtag : #BalanceTonStage

Pourquoi ils feront parler d'eux : Parce que Camille, Simon et Agathe, étudiants à l'EM Lyon, école de commerce, ont lancé sur le réseau social Instagram la page "Balance ton stage", qui compte aujourd'hui plus de 12 000 abonnés. Objectif : partager les témoignages de victimes ou de témoins de scènes sexistes durant leur stage en entreprise. En complément, Camille, Simon et Agathe ont aussi élaboré un manuel de sensibilisation et une formation sur le sexisme en entreprise. Il ne s'agit pas de dénoncer, comme le mouvement #BalanceTonPorc, mais "d'offrir aux victimes un endroit où elles peuvent se confier, anonymement ou pas", déclare Agathe à France Inter. Le sexisme en entreprise a sans doute de beaux jours devant lui, mais les jeunes qui l'épinglent aussi.

Rémy Pilorget, 23 ans, engagé pour Macron, travaille à McDo pour financer ses études

.
. / Twitter

En une phrase : "Après l'échec des #Municipales2020", il faut absolument changer les règles et pas simplement par un changement de statuts !" (sur Twitter)

Pourquoi il fera parler de lui : Rémy Pilorget s’est lancé dans la politique en 2017. Un engagement très récent pour ce jeune homme de 23 ans, étudiant en Histoire politique à La Sorbonne. Il planche sur "Les Giscardiens, de 1974 à la création de l’UMP". De la théorie à la pratique : aujourd’hui il travaille chez McDonald's pour financer ses études, il trouve malgré tout du temps pour tracter dans les rues du 13e arrondissement de Paris et mobiliser les jeunes macronistes de son quartier.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.