La mobilisation des "gilets jaunes" se poursuit en ce 13e week-end consécutif. En fin de journée, le ministère de l'Intérieur comptabilisait 51 000 manifestants en France dont 4 000 à Paris. Au total, 21 personnes ont été placées en garde à vue dans la capitale.

La manifestation des "gilets jaunes" à Paris.
La manifestation des "gilets jaunes" à Paris. © AFP / Gérard Julien

51 400 manifestants ont été comptabilisés par le ministère de l'Intérieur contre 58.600 la semaine précédente. Plusieurs incidents ont éclatés à Paris et dans les grandes villes du pays.

À Paris, un manifestant grièvement blessé à la main

À Paris, 39 personnes ont été interpellées et 21 ont été placées en garde à vue selon les informations recueillies par Radio France. La mobilisation était en baisse à la mi-journée, avec 4 000 manifestants contre 10 000 la semaine précédente, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. A proximité de l'Assemblée nationale, un manifestant a été grièvement blessé à la main ; sa main a été "arrachée" selon plusieurs manifestants témoins de la scène. Une voiture du plan Vigipirate, a selon plusieurs médias, été incendiée

Une voiture du plan Vigipirate incendiée au pied de la Tour Eiffel.
Une voiture du plan Vigipirate incendiée au pied de la Tour Eiffel. © AFP /

À Lyon, des affrontements avec les forces de l'ordre

À Lyon, environ 2 000 "gilets jaunes" ont manifesté dans les rues samedi après-midi. Un cortège, composé de manifestants lyonnais, d'ardéchois et de haut-savoyards. Après les avoir laissé longer le Rhône, la police a fait barrage pour les empêcher de retraverser le fleuve et de rejoindre la presqu'île et la zone commerçante. C'est là que des affrontements ont eu lieu, les "gilets jaunes" ont jeté des pétards, la police a riposté avec des gaz et grenades lacrymogènes. 17 personnes ont été interpellées.

Maxime Nicolle refoulé à la frontière italienne

À Nice, plusieurs dizaines de "gilets jaunes" ont pris la route de Vintimille, accompagnés de Maxime Nicolle, alias Fly Rider, l'une des figures du mouvement, pour tenter de bloquer l'autoroute côté italien. Stopés par les gendarmes au péage de la Turbie, ils ont dû emprunter la route de la côte et sont arrivés vers 15 heures à Menton, où les forces de l'ordre les ont empêchés de franchir la frontière. Maxime Nicolle a donc repris la direction de Nice, en menaçant de porter plainte contre le préfet pour entrave à la circulation et à la manifestation.

À Toulouse, 6 000 personnes dans les rues ; 4 000 à Bordeaux

Du côté de Toulouse, la manifestation a réuni 6 000 manifestants selon les chiffres de la police tandis qu'ils étaient entre 4 et 5 000 à Bordeaux avec quelques petits accrochages à déplorer. Au Mans, des "gilets jaunes" qui bloquaient l'accès aux magasins Leclerc se sont fait délogés par les forces de l'ordre. À Caen également, les "gilets" qui bloquaient le périphérique ont été dispersés par des gaz lacrymogènes. Des gaz ont aussi été utilisés contre les manifestants à La Roche-sur-Yon. Enfin à Valence, 800 "gilets jaunes" ont convergé vers la préfecture où une délégation a été reçue. À Rouen, des "gilets jaunes" ont tenté de prendre possession de certains ronds-points. La situation s'est aussi tendue en fin de journée à Lorient. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.